28/05/2021 16:05
Devenir membre du Parti reste un honneur recherché, dans notre pays : c’est en effet une manière de se mettre au service de l’intérêt général…
>>Dévouement d’une jeune enseignante pour la haute région

Une enseignante et son élève. Photo : Thu Hoa/CVN

À Co Dua, qui est un hameau frontalier de la province de Son La, au Nord-Ouest, il n’y a que des Mông. Beaucoup d’entre eux aspirent à devenir membres du Parti quand ils ne le sont pas déjà. Sur place, le recul de la pauvreté va au même rythme que les adhésions : rapide et déterminé. 

Nous sommes mi-avril. Ce n’est certes pas la saison des pluies, mais le chemin qui mène à Co Dua n’en demeure pas moins chaotique. Y conduire un 4x4 est un exercice de virtuosité dans lequel excelle notre chauffeur, et nous en serons quitte pour quelques frayeurs passagères…

Sur place, nous sommes attendus de pied ferme par Tong Van Viêt, le secrétaire du comité du Parti de Muong Sai, la commune à laquelle est rattaché le hameau de Co Dua. Le lieutenant-colonel Quàng Van Xôm, qui est le commissaire politique du poste-frontière de Chiêng Khuong, a également été convié, de même que Giàng A Po, qui est le secrétaire du comité du Parti de Co Dua.

C’est chez le chef du hameau que nous avons rendez-vous. Giàng A Da - c’est son nom - sort tout juste d’une formation organisée à l’intention des nouveaux membres du Parti.  "En ce moment, on est en pleine période de désherbage et de préparation des sols, et en juin, on va pouvoir planter du maïs et du riz... Tout va bien, ici !", nous dit-il pour nous mettre à l’aise.  

Des autorités locales et des gardes-frontières du poste de Chiêng Khuong offrent des cadeaux aux villageois. Photo : Thu Hoa/CVN

Situé dans une zone montagneuse au relief accidenté, Co Dua manque surtout d’infrastructures routières dignes de ce nom. Nous venons du reste d’en faire les frais!...

Les habitants du hameau vivent essentiellement de l’agriculture et le taux de foyers pauvres y reste tout de même très élevé. Aussi les autorités locales ont-elles décidé de prendre le problème à bras-le-corps et de prendre appui sur le Parti pour amorcer un décollage économique.

C’est Giàng A Po qui a été chargé de trouver, parmi les habitants du hameau, celles ou ceux, qui seraient les plus aptes à devenir membres du Parti, et, ce faisant, à entraîner toute la communauté sur la voie du progrès. C’est ainsi que début 2020, Thào A Long et Giàng A Da ont rejoint les rangs du Parti communiste vietnamien, dont ils sont en quelques sortes les ambassadeurs auprès des habitants de Co Dua, comme nous l’explique Giàng A Po. 

"Il faut bien comprendre qu’au départ, Co Dua était un hameau Mông très isolé, qui vivait un peu en dehors de la société. On a voulu que ses habitants puissent avoir connaissances des préconisations du Parti et de l’État en matière de développement socio-économique", nous indique-t-il.

Programmes de soutien

Ces dernières années, différents programmes de soutien ont été lancés en faveur du hameau de Co Dua, ce qui s’est traduit sur place par une nette amélioration du niveau de vie. Mieux encore : la route, cette fameuse route que les habitants du hameau espéraient tant, est sur le point d’être inaugurée! Pour Tong Van Viêt, il y a là un vrai motif de satisfaction…

"C’est vrai que grâce aux membres du Parti, la vie économique et sociale de Co Dua s’est très nettement améliorée. Les autorités ont mobilisé toutes les ressources possibles et imaginables pour moderniser les infrastructures : l’école, le réseau électrique et puis… la route ! Vous vous rendez compte ? On va enfin avoir une vraie route. Ça va grandement faciliter le développement économique  !", s’enthousiasme-t-il.  

Les gardes-frontières du poste voisin de Chiêng Khuong ont eux aussi de quoi être satisfaits. Ce hameau, c’est un peu le leur, tant ils y veillent ! C’est en tout cas ce qui ressort des propos de Quàng Van Xôm.

"Nos gardes-frontières devraient bientôt venir ici pour jouer les garçons-coiffeurs. Gratuitement, ça va sans dire… Eh oui ! On est comme ça, nous! Et puisque vous êtes là, sachez qu’on lance un appel aux bonnes volontés pour récupérer des articles de bureau, des vêtements, des chaussures et des matelas !", nous lance-t-il.

Appel répercuté ! Espérons qu’il sera entendu et que les dons qui s’en suivront viendront compléter les 20 milliards de dôngs (715.000 euros) qui ont déjà été versés pour la construction des infrastructures…

Conclusion ? Morale de l’histoire ? C’est comme on voudra. Toujours est-il que où qu’ils se trouvent, les membres du Parti sont des acteurs du progrès…

VOV/VNA/CVN



 

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Quand les femmes d’ethnies minoritaires participent aux modèles économiques locaux

Îles et fêtes des villages de pêche La moitié du territoire vietnamien est bordée par la mer, le pays possède ainsi de nombreuses belles îles. L’idéal pour se retirer loin de l’animation effrénée des grandes villes.