29/12/2019 10:05
Ces dernières années, bien des villages montagnards H’mông du Nord ont fait peau neuve. Sortant de la pauvreté, ils s’embellissent et deviennent des lieux appréciés des touristes. Exemple dans la commune de Khun Ha, province de Lai Châu.
>>Le fonds d’aide aux plus démunis : bilan des trois dernières années
>>La nouvelle ruralité souffle un vent nouveau à Dông Nai Thuong

Un coin du village de Lao Chai. Photo : Ngoc Quang/CVN

Des chemins bétonnés se fraient un passage dans les montagnes escarpées, reliant quinze villages H’mông de la commune de Khun Ha, perchée à 2.000 m d’altitude, dans la province de Lai Châu (Nord). Dans le village de Lao Chai par exemple, des sentiers bétonnés amènent jusqu’aux portes des maisons nichées sur les pentes. De nombreux vases d’orchidées, de rosiers, d’hibiscus… bordent les sentiers et embellissent les maisons.

Le long des sentiers, des poteaux électriques en acier équipées d’ampoules éclairent le village la nuit. Comme d’autres villages de Khun Ha, Lao Chai dégage une atmosphère paisible et charmante. Un lieu idéal pour se ressourcer. Ce changement revient à Dô Trong Thi, secrétaire du Comité du Parti communiste vietnamien (PCV) de la commune.  

Les contributions d’un dirigeant éclairé

Il y a cinq ans, personne ne pouvait imaginer qu’un changement incroyable allait survenir dans les villages montagnards de Khun Ha, une commune déshéritée du district de Tam Duong, dans la province de Lai Châu.

Peuplée de  H’mông (une des 53 ethnies minoritaires du Vietnam), Khun Ha comprend quinze villages disséminés sur  40 km de long. Il s’agissait d’une commune en difficulté où les 5.000 familles souffraient de disettes  récurrentes. Et les chemins étaient souvent impraticables les jours de pluie. "Il nous était impossible d’aller aux champs ou au marché, et pour les enfants d’aller à l’école", a confié un villageois.  

La situation socio-économique de Khun Ha s’avérait donc critique, jusqu’à ce que Dô Trong Thi, un dirigeant de district, débarque en 2014 pour assumer le poste de secrétaire du Comité du PCV de la commune. "Pour améliorer les conditions de vie des habitants, il fallait en premier lieu aménager et bétonner des chemins entre les villages ainsi que les sentiers dans les villages", explique le dirigeant de 33 ans. Et de chercher à mobiliser les habitants.

En effet, en ce temps-là, la construction des ouvrages publics s’appuyait à la fois sur le financement public et les apports des habitants locaux, selon la devise "État et population partagent ensemble les efforts". "Mais dans cette commune déshéritée, personne n’avait d’argent de côté, on vivait au jour le jour. Une des seules richesses, c’étaient les arbres +thao qua+ (tsaoko)", confie Dô Trong Thi.

En effet, chaque famille de Khun Ha exploite cette espèce végétale précieuse dont les fruits servent de condiment et de substance médicinale. Le plan d’action de Dô Trong Thi fut  présenté à la communauté : la commune se charge de favoriser les prêts bancaires destinés à la construction des chemins, et  ces prêts sont remboursés par les habitants après la vente des fruits des thao qua. Une initiative approuvée par la population des quinze villages. 

Tout le monde met la main à la pâte

Les montagnards H’mông ont participé avec entrain au plan d’aménagement de leurs villages, apportant des journées de travail. Khun Ha a d’abord fait peau neuve avec des chemins bétonnés. Ensuite, la commune a mis en place des lignes électriques et un système d’éclairage public financé par la population locale, toujours par le moyen d’emprunts bancaires à court terme. Le mouvement d’embellissement des villages était alors sur de bons rails.

Les villageois de Khun Ha embellissent leur maison pour accueillir des touristes.
Photo : Ngoc Quang/CVN

À l’exemple des cadres et des enseignants d’école, les habitants mettent "la main à la pâte" tous les weekends, participant au nettoyage des chemins, à la plantation d’arbres et de fleurs, à la construction des portiques d’entrée des hameaux… Les villages de Khun Ha sont devenus de véritables lieux enchanteurs où les touristes aiment flâner. "À Khun Ha, nous sommes heureux de pouvoir circuler en auto ou à moto, sur de beaux chemins bétonnés pour aller jusqu’aux villages les plus reculés. Les chemins sont bordés des deux côtés par des parterres de fleurs colorés", se réjouit un visiteur venu de la plaine.

Ces derniers temps, comme d’autres villages de Khun Ha, Lao Chai accueille un nombre croissant de touristes. Les sentiers et portes des maisons sont ornés de pots de fleurs. Des jardins d’orchidées apparaissent ça et là. "Mon village se spécialise désormais dans la culture des orchidées", informe Cu A Chu, un des premiers à s’être lancé dans cette aventure. Et de préciser : "C’est aussi Dô Trong Thi qui m’a suggéré de pratiquer la floriculture. Il y a trois ans, il m’a amené au district floricole de Phong Thô pour apprendre des techniques et acheter de jeunes tiges d’orchidées. Ces jolies fleurs se multiplient bien et rapportent gros. Ce métier florissant se pratique largement à Khun Ha, toutes les familles ayant leur jardin d’orchidées. Le mien compte une centaine de pieds qui me rapporte  jusqu’à 20-30 millions de dôngs à l’occasion du Têt traditionnel". 

Avec fierté, Cu A Chu pointe du doigt le célèbre mont Fansipan, dont le sommet est noyé une grande partie de l’année dans les nuages. Et d’éclairer : "Encore sur le conseil de Dô Trong Thi, le village a installé des miradors pour que les touristes puissent jouir d’un panorama exceptionnel sur la chaîne de Hoàng Liên Son". Au milieu du village, un centre commercial propose aux visiteurs des produits agro-sylvicoles locaux. Une grande scène est réservée à des spectacles autour de la culture H’mông. Et à proximité, un secteur est réservé à la gastronomie locale, surprenante à bien des égards pour des visiteurs venus de la plaine. 

"Avec l’afflux des visiteurs, les villages de Khun Ha ont littéralement fait peau neuve. Je suis très heureux de voir la vie des H’mông changer radicalement", conclut avec un large sourire Dô Trong Thi, un bel exemple de dirigeant consciencieux et dynamique.    
 
Nghia Dàn/CVN
 
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
“Mémoires de Hôi An”, retour sur les origines

Nouvel An lunaire : les premiers visiteurs étrangers à Quang Ninh Les premiers visiteurs étrangers du Tet du Rat 2020 sont arrivés le 25 janvier dans la ville de Ha Long, dans la province de Quang Ninh (Nord-Est).