08/11/2018 23:23
La pollution atmosphérique atteignait jeudi 8 novembre l'un de ses pics de la saison dans la capitale indienne New Delhi, au lendemain de la grande fête des lumières hindoue de Diwali et ses traditionnels millions de pétards.

>>La pollution de l'air de Delhi, la mort à petit feu
>>L'OMS appelle à réduire de deux tiers le nombre de décès liés à la pollution de l'air d'ici 2030

 

Un nuage de pollution recouvre New Delhi le 8 novembre après l'utilisation massive de pétards pour la fête de Diwali.
Photo: AFP/VNA/CVN


Une brume toxique enveloppait au lever du jour les monuments emblématiques de la ville, comme la Porte de l'Inde ou le Fort Rouge, et voilait la visibilité. Certains des habitants se rendant au travail portaient un masque sur le visage pour se protéger.

À 08h00 locales (02h30 GMT), l'ambassade américaine à New Delhi affichait une concentration de particules fines (PM2,5) supérieure à 1.000 microgrammes par mètre cube d'air. L'Organisation mondiale pour la santé (OMS) recommande de ne pas dépasser 25 en moyenne journalière.

"Pour quelques moments de réjouissances, les gens sont prêts à mettre la planète en danger. C'est dingue", déplorait Pranav Yadav, un étudiant de 19 ans qui allait prendre son métro jeudi matin, un masque devant la bouche. "J'attendais des gens qu'ils se préoccupent un peu (de la pollution) mais à ce rythme tous les enfants de Delhi vont attraper des maladies respiratoires", a-t-il ajouté.

Si la pollution atmosphérique est un sujet de plus en plus discuté dans les médias en Inde ces dernières années, ce fléau rencontre souvent le déni ou la résignation dans la société indienne. Les immenses besoins de croissance de cette nation de 1,25 milliard d'habitants se payent souvent au prix de la détérioration de son environnement.

Pour tenter de limiter la dégradation de la qualité de l'air pour Diwali, la Cour suprême indienne n'avait autorisé la vente à Delhi que de pétards considérés comme "propres". Elle avait par ailleurs limité l'usage de pétards à une fenêtre entre 20h et 22h mercredi soir 7 novembre. Mais ces restrictions semblent avoir eu peu d'effet. Les explosions de pétards, bien que semblant moins répandues que les années précédentes, ont duré jusqu'à tard dans la nuit et épaissi l'air déjà vicié de la mégapole de 20 millions d'habitants.

AFP/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Deux ophtalmologues suisses en mission bénévole à Hanoï

L’hôtel Saigon - Ha Long, un 4 étoiles au cœur de la baie La célèbre baie de Ha Long, située à Quang Ninh (Nord), est classée parmi les sept nouvelles merveilles de la nature du monde. L’hôtel Saigon - Ha Long, relevant du voyagiste Saigontourist, est l’un des premiers hôtels de luxe à s’y implanter.