20/03/2018 17:23
L'Assemblée nationale examine à partir de mardi 20 mars le projet de loi de programmation militaire 2019-2025 (LPM) qui prévoit un effort budgétaire d'ampleur, largement salué après des années de restriction même si une partie de l'opposition le juge "survendu".
>>La France augmente le budget de la Défense entre 2019 et 2025
>>L'Assemblée française vote sur l'ensemble du budget 2018 après un marathon harassant
>>L'Assemblée nationale vote un budget 2018 de la défense en hausse

La ministre des Armées, Florence Parly, le 28 février à l'Élysée, à Paris.
Photo : AFP/VNA/CVN

Pendant trois jours, la ministre des Armées, Florence Parly, défendra dans l'hémicycle "un effort de la nation pour les armées" et une loi "à hauteur d'homme" axée sur l'amélioration du "quotidien du soldat" et la modernisation d'équipements à bout de souffle alors que l'armée reste engagée sur de nombreux fronts au Sahel (opération Barkhane), au Levant (Chammal), au Liban (Finul) ou sur le territoire national (Sentinelle).

Le budget de la défense, de 34,2 milliards d'euros en 2018, va bénéficier d'une hausse de 1,7 md d'euros par an jusqu'en 2022, puis de 3 mds par an pour atteindre en 2025 l'objectif de 2% du PIB que se sont fixé les pays membres de l'Organisation du traité de l'Atlantique Nord (OTAN).

Cette trajectoire, qui sera revue en 2021, contraste avec les réductions d'effectifs et les tensions financières endurées pendant plus d'une décennie par l'institution militaire, avant un redressement amorcé dans la foulée des attentats de 2015.

Après 60.000 suppressions d'effectifs entre 2005 et 2015, le ministère ambitionne de créer quelque 6.000 postes civils et militaires d'ici à 2025, dont 3.000 d'ici à cinq ans. En particulier pour renforcer la cyberdéfense et le renseignement.

Pour améliorer la condition des quelque 200.000 militaires français, la LPM augmente nettement les crédits des petits équipements, d'entretien du matériel et d'infrastructures.

Deuxième grand axe : le renouvellement accéléré des matériels (blindés, patrouilleurs, avions ravitailleurs...), nombreux à aligner plusieurs décennies de service, et l'accent mis sur les capacités de renseignement (avions, drones, satellites...) pour accroître l'autonomie stratégique de la France.

Le gouvernement va également lancer des études sur le remplacement de l'unique porte-avions, le Charles de Gaulle, à l'horizon 2040, le développement du prochain standard de l'avion de combat Rafale ou encore le char de combat du futur. Les travaux de renouvellement des deux composantes (navale et aérienne) de la dissuasion nucléaire seront engagés avec un budget estimé à 37 milliards d'euros entre 2019 et 2025.

"Ces investissements vont permettre à la France de rester l'armée de référence en Europe", assure-t-on au ministère.

AFP/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Thi.bli, de l’amour de la céramique à l’amour du Vietnam

Dà Nang: des fresques murales en plein cœur de la ville La ville de Dà Nang propose depuis le mois d’avril une nouvelle destination pour ses visiteurs: la ruelle des fresques murales d’une longueur de 1,5 km, tout près de la rivière Hàn et du pont du dragon. En attendant une visite sur place, à vous de découvrir les premières images!