15/11/2017 11:50
Les technologies micro-organiques ont un faible coût mais sont très efficaces pour les zones contaminées par la dioxine. Une méthode largement appliquée dans des pays, ont estimé les experts.
>>Aide à la réhabilitation des victimes de l’agent orange/dioxine et des handicapés
>>Achèvement de la décontamination de l'aéroport de Dà Nang (2e phase)
>>Décontamination de la dioxine par les micro-organismes

La décontamination de la dioxine à l'aéroport A Sho, province centrale de Thua Thiên-Huê. Photo : VNA/CVN

Un séminaire sur les études sud-coréennes de décontamination de la dioxine par des technologies micro-organiques à l’aéroport A Sho du district d'A Luoi a eu lieu lundi 13 novembre dans la province de Thua Thiên-Huê (Centre).

Les études, effectuées par l’Association de protection de la nature et de l’environnement du Vietnam et la société sud-coréenne  BJC, ont atteint des résultats  encourageants.

Ces dernières années, l’association vietnamienne et les partenaires sud-coréens comme BJC, KIT, KIOST ont soutenu le district de A Luoi dans la décontamination de la dioxine.

Selon l’Association des victimes de l’agent orange/dioxine du Vietnam (VAVA), de 1961 à 1971, l’armée américaine a déversé environ 80 millions de litres de défoliants au Vietnam, lesquels contenaient près de 400kg de dioxine, un produit toxique puissant qui perturbe les fonctions hormonales, immunitaires et reproductives de l'organisme. Plus de 4,8 millions de Vietnamiens ont été exposés à la dioxine, dont 3 millions en subissent encore les séquelles.

VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Une visite au village des forgerons de Pac Rang

Douceur de vivre sur l’île de Quan Lan à Quang Ninh Située dans le golfe du Bac Bô, aux confins septentrionaux du pays, à proximité de sites touristiques célèbres tels les baies de Ha Long et Bai Tu Long ou encore la plage de Trà Cô, l’île de Quan Lan, province de Quang Ninh (Nord), abrite de magnifiques paysages encore intacts.