24/04/2019 17:21
Le président philippin Rodrigo Duterte a prévenu mardi 23 avril que si le Canada ne récupère pas d'ici une semaine les tonnes d'ordures acheminées à Manille, il retournera lui-même les conteneurs à l'expéditeur.

>>Le recyclage mondial en plein chaos depuis que la Chine a fermé sa poubelle
>>Thaïlande: approbation d'une feuille de route pour lutter contre les déchets plastiques
 


Lors d’une conférence de presse, il a menacé de déclarer la guerre et de retourner au Canada une centaine de conteneurs remplis de déchets ménagers et électroniques, qui pourrissent depuis près de six ans dans un port près de Manille.

Une entreprise canadienne avait expédié à Manille en 2013 et 2014 une centaine de conteneurs de déchets déclarés aux autorités comme des plastiques destinés au recyclage.

En fait, les inspecteurs des douanes ont découvert qu'ils contenaient plutôt des déchets domestiques divers - notamment des couches pour adultes souillées et des ordures de cuisine.

Depuis près de six ans, Ottawa tente de convaincre le gouvernement philippin de se débarrasser lui-même de ces déchets, même si un tribunal philippin a ordonné en 2016 que ces ordures soient retournées au Canada.

Lors d'un sommet de l'ASEAN (Associations des nations d’Asie du Sud-Est) avec ses partenaires tenu à Manille il y a deux ans, le Premier ministre canadien, Justin Trudeau, s’est engagé à récupérer ces déchets, mais aucune initiative connexe n'a encore été prise.

La semaine dernière, un avocat de la Colombie-Britannique a soutenu que le Canada contrevenait dans ce dossier à la Convention internationale de Bâle, qui interdit aux pays développés signataires d’envoyer leurs déchets toxiques ou dangereux aux pays en développement sans leur consentement éclairé.


VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Découvrez le monde des crayons de couleur à Hanoï

Quel visage aura le tourisme francophone au Vietnam après le COVID-19 ? L’activité touristique au Vietnam a été anéantie par la pandémie de COVID-19. Pour la deuxième année consécutive, les professionnels du tourisme francophones continuent à naviguer à vue en espérant un retour aux affaires après la crise.