24/01/2015 08:58
Dans le nhà rông du village de Le (province de Kon Tum, hauts plateaux du Centre), les Ro Mâm pratiquent le culte d’un ivoire fossilisé. Ils l’appellent Yang Plut et le considèrent comme leur objet le plus précieux.
Le chef du village, A Reng, lave Yang Plut au sang d’animaux. Photo : TN/CVN

M. Hanh, originaire de Huê (province de Thua Thiên-Huê, Centre) vit dans le village de Le de la commune de Mô Rai, district de Sa Thây, depuis quatre ans. Il affirme que même si le nhà rông (maison communautaire sur pilotis) est ouvert aux quatre vents, personne n’entre pour voir Yang Plut. Les villageois, jeunes ou moins jeunes, le considèrent comme leur objet sacré le plus précieux. Ils ne l’admirent que lors de la cérémonie de sacrifice aux génies.

Sacrifices pour Yang Plut

Le patriarche A Blong, 63 ans, raconte que Yang Plut est vieux de plusieurs centaines d’années. Dans le passé, bien que les habitants aient quitté le village à de nombreuses reprises, ils l’ont souvent emmené avec eux.

La légende raconte que, lors d’une chasse menée par un villageois et son chien dans la forêt, l’animal s’est arrêté à un endroit précis et n’a cessé d’aboyer. Son maître l’a cherché toute la journée. Au matin, il a découvert l’endroit où son chien s’était arrêté. Un ivoire de 50 cm de long s’y trouvait. Il l’a annoncé au chef du village.


Durant la nuit, le chef du village a rêvé qu’il rencontrait Yang Plut, le surnom donné à l’ivoire. Ce dernier lui a dit qu’il souhaitait rester avec les villageois pour les protéger. Mais, s’ils acceptaient de l’accueillir, ils devaient lui offrir le sang d’un buffle, d’une chèvre, d’un cochon et d’un coq. Le lendemain, le chef du village s’est réuni avec des patriarches. Tous ont accepté de suivre les indications transmises dans le rêve du chef du village. L’ivoire a été installé dans un espace au calme du nhà rông. Les villageois n’y entrent pas sans autorisation, pour que Yang Plut se repose.

Désormais, à l’occasion de la cérémonie pour la nouvelle récolte, la plus grande fête des Ro Mâm, les villageois offrent en sacrifice à Yang Plut le sang du cœur d’un buffle, d’une chèvre, d’un coq et de l’alcool ghè (ou ruou cân, alcool de riz à boire avec une tige de bambou). Dans chaque tombe de Ro Mâm, située dans une nhà mô (maison funéraire), se trouve une statue gravée avec l’image de l’ivoire.

Lors de la guerre, le nhà rông a été détruit plusieurs fois. Seule la colonne sur laquelle était attachée le panier contenant Yang Plut est restée intacte. D’après A Blong, avant l’arrivée de Yang Plut, le village de Le possédait déjà une grande pierre sacrée. Depuis que cette dernière se trouve avec Yang Plut dans le panier à l’intérieur du nhà rông, 34 nouvelles pierres de diverses tailles y sont apparues. La dernière est née en septembre 2013. Un miracle.

Quê Anh/CVN
 

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Gâteau phu thê, une friandise rustique irrésistible

Entre terre et mer, le marais de Chuôn À Phu An, une commune de la province de Thua Thiên-Huê, au Centre du Vietnam, s’étend jusqu’à l’horizon le marais de Chuôn, un lieu paisible en pleine nature.