07/04/2019 10:11
Épris d’une Vietnamienne invalide, un Australien a fait une croix sur sa carrière pour partir à l’autre bout du monde à la rencontre de sa moitié. Un vrai conte de fée contemporain.
>>Vietnam apprécie le soutien d'Operation Smile pour enfants handicapés
>>Partage des expériences dans la garantie du droit du bien-être des groupes désavantageux

Neil Bowden Laurence emmène Nguyên Thi Vân en fauteuil roulant en promenade.
Photo: Nam Trân/CVN

L’histoire d’amour entre Nguyên Thi Vân, atteinte de paraplégie, directrice d’un Centre d’aide aux personnes handicapées, et Neil Bowden Laurence, ingénieur australien, possède indéniablement une dimension féerique digne des meilleurs romans de fiction. Le couple s’est marié en juin 2018 et vit depuis dans un appartement du quartier résidentiel de Linh Dàm, à Hanoï.

"+Je t’aime comme au premier jour+. Ces mots, Neil me les chuchote à l’oreille chaque matin, quand je me réveille", confie Vân avec le plus beau des sourires. Cette jeune femme de 31 ans, bien qu’handicapée, se distingue par un optimisme permanent qui se lit sur son visage.

Internet ou la marieuse des temps modernes

Frappée dès l’enfance par une atrophie musculaire, une maladie incurable, Vân a vécu toute sa vie sous la coupe de ses parents et ses proches. Derrière sa petite taille se cache une grande force de caractère et un esprit admirable rempli d’énergie et d’intelligence. Elle est actuellement directrice du "Centre de l’énergie de vie" réservé aux personnes infirmes, et dirige également une compagnie spécialisée en dessins au service de compagnies immobilières étrangères. 

Neil Bowden Laurence et Nguyên Thi Vân se sont mariés en juin 2018 et vivent depuis dans un appartement du quartier résidentiel de Linh Dàm, à Hanoï.
Photo: Nam Trân/CVN

Neil, ingénieur de 50 ans, avait un bon travail et une vie bien rangée en Australie avant de faire la connaissance de Vân en 2018. Après avoir divorcé de sa femme, il y a de cela une quinzaine d’année, il menait une vie plutôt calme et réservée, s’écartant de toutes activités communautaires. Cela jusqu’au jour où il fit la "rencontre" de Vân sur le réseau social Facebook, il y a deux ans.  Par une compréhensibilité et une complicité mutuelle au travers de conversations fréquentes sur Internet, une amitié vit le jour entre ces deux personnes séparées par un océan. "Quelque chose chez Vân m’a irrésistiblement attiré… L’image de cette femme qui, malgré avoir été marquée dès la naissance, était constamment optimiste et gardait toujours le sourire", avoue Neil.

Leur histoire d’amour débute de façon sans pareille. Neil raconte: "J’ai vu un jour sur Facebook une photo de Vân accompagnée de quelques lignes de confidences: +Je bois du thé, seule… +. Chose à laquelle j’ai répondu + Puis-je venir boire du thé avec toi au Vietnam?+. La réplique de Vân, malicieuse, m’avait plu: +D’accord. Viens donc et je t’en préparerai tous les jours+".

Après le travail, les deux "amis" se retrouvent tous les jours pour quelques moments de liberté.
Photo: Nam Trân/CVN

C’est ainsi que quelques semaines plus tard Neil débarque à Hanoï sans crier gare. Une surprise de taille pour Vân qui ne s’y attendait pas. "Au début, j’ai pensé qu’il était au Vietnam en déplacement pour une mission de travail ou pour des vacances. Mais, durant la totalité de son séjour de trois semaines, il est resté à mes côtés, tant à la maison qu’au Centre de l’énergie de vie", confie Vân. Plus d’une fois, elle suggère à Neil de voyager et de visiter le Vietnam, chose qu’il refuse à chaque fois: "Je suis à Hanoï pour te voir. Pour toi. Je ne voyage que si tu viens avec moi"

Jour après jour, consciencieusement, Neil assiste donc Vân dans ses activités humanitaires et dans son travail d’enseignement au Centre de l’énergie de vie. "Contrairement à son corps frêle et fragile, Vân fait preuve d’énergie, de dynamisme et d’optimisme sans pareil. Elle s’adonne inlassablement à son travail", observe Neil. Après le travail, les deux "amis" se retrouvent tous les jours pour quelques moments de liberté. Ils se complaisaient à boire du thé, à parler de leur vie intime, à épancher leur cœur... "Vân est spirituelle, intelligente, subtile et vraiment drôle. J’adore son rire. De plus, son anglais est impeccable", déclare l’ingénieur australien, cachant à peine son admiration pour la jeune femme.

La joie de vivre plus forte que tout

Neil est là pour aider Vân dans les tâches ménagères, les grandes affaires mais aussi dans les tracas de tous les jours.
Photo: Nam Trân/CVN

De retour dans son pays après ce séjour de congé spécial, Neil fit la navette entre l’Australie et le Vietnam. Et de prendre enfin une décision: début 2018, il abandonna son poste d’ingénieur en Australie pour venir s’installer à Hanoï. En juin 2018, Vân et Neil se marièrent. "Je remercie Dieu qui m’a permis de faire la rencontre de Vân et de l’épouser. Ma vie a pris un tournant et m’a changé pour le meilleur. C’est un bonheur pour moi de pouvoir travailler aux côtés de Vân au profit de la communauté des handicapés, mais surtout de pouvoir prendre soin de la femme que j’aime", dit Neil.

Neil est là pour aider Vân dans les tâches ménagères, les grandes affaires mais aussi dans les tracas de tous les jours: l’emmener en fauteuil roulant à son lieu de travail ou en promenade, lui faire prendre un bain, laver ses vêtements, faire les courses, faire la cuisine ... "Avec Vân, je trouve que la vie a un sens. Je me suis promis de l’accompagner toute ma vie. À mes yeux, Vân est comme un miracle. Chaque jour que je me réveille à ses côtés est la promesse d’un jour heureux", confie l’amoureux. 

Quant à Vân, la tendresse et la sincérité de Neil font palpiter son cœur. Elle cite la fois où elle a souffert d’une pneumonie, "il est resté nuit et jour à mon chevet toute une semaine durant à l’hôpital. Son dévouement a forcé l’admiration de tous, même des docteurs".

Malgré leur écart d’âge, la vie conjugale du couple vietnamo-australien est au beau fixe. Neil et Vân entreprennent ensemble dès qu’ils le peuvent, des escapades et autres voyages. Les parents de Vân, qui au début ne voyaient pas d’un bon œil cette idylle atypique, éprouvent aujourd’hui un parfait contentement et considèrent Neil comme un membre à part entière de la famille.

Pour le moment, Neil continue d’assister Vân dans son travail au Centre de l’Energie de vie et donne de manière volontaire des cours d’anglais à l’intention de ses membres. À la maison, il endosse joyeusement le rôle d’homme au foyer.

Le bonheur se lit dans les yeux de Vân qui avoue: "Nous nous comprenons bien, que ce soit à travers nos gestes ou nos pensées. Naturellement, cela nous arrive de nous quereller, mais cela ne dure jamais plus d’un jour. Et, comme d’habitude c’est toujours Neil qui fait le premier pas vers la réconciliation. Il célèbre souvent nos anniversaires et autres jours importants. Il m’étonne tous les jours avec son romantisme, ses cadeaux mais surtout ses attentions…".

Et d’ajouter, pensive: "Dans cette vie, on ne sait jamais de quoi demain sera fait. Mais actuellement pour moi, Neil représente vraiment un cadeau du ciel... Depuis qu’il est dans ma vie, je commence enfin à faire des plans pour l’avenir… Nous pensons notamment à acheter un terrain pour y construire une jolie maison et y vieillir ensemble…"

Lors de l’entrevue entre le couple et le journaliste, Neil tient amoureusement la main de Vân dans la sienne, lui réserve des regards affectueux, et l’embrasse de temps en temps. Lorsque Vân parle de l’avenir, Neil ajoute, en caressant ses cheveux: "L’avenir est imprévisible, paraît-il. Mais pour nous, l’important c’est de vivre notre vie main dans la main. De trouver la joie chaque jour, c’est déjà le bonheur! C’est la seule chose qui compte".  
 
Nghia Dàn/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
La France aide Lilama 2 pour la formation professionnelle

La route aux kouffas de Quang Nam en pleine rénovation Depuis quelques jours, c'est l'euphorie au Centre de la culture et des sports de la commune de Tam Thanh, ville de Tam Ky, province centrale de Quang Nam. Artistes, peintres et villageois très attachés à ces embarcations atypiques, se consacrent à la restauration de la route artistique aux kouffas.