23/12/2018 09:54
Tombé amoureux d’une Vietnamienne, qui est aujourd’hui sa femme, le Sud-Coréen Kwon Petrus a déménagé à Hanoï pour y ouvrir un restaurant spécialisé dans la cuisine de son pays natal.
>>Un livre sur la gastronomie vietnamienne dans les librairies en Italie
>>Le pho, perle gastronomique qui participe à l’attrait des touristes pour le Vietnam

Kwon Petrus et Vu Hai Yên se sont mariés en avril dernier.
Photo: NVCC/CVN

Kwon Petrus est né et a grandi dans la ville d’Andong, province de Gyeongsang, dans le Nord de la République de Corée. Après avoir été diplômé de l’Université de Daegu dans la même province, il a continué ses études puis travaillé à l’étranger afin de découvrir le monde et enrichir ses connaissances et compétences en cuisine, sa passion de toujours. Ainsi, il a passé six mois aux États-Unis, deux ans aux Philippines et deux ans en Australie, notamment.

Après plusieurs années de vadrouille à travers le monde, le jeune Kwon décide de rentrer au bercail pour ouvrir son propre restaurant. Ou tout du moins tel était son projet avant qu’il ne fasse la rencontre de la jeune Vu Hai Yên. "C’est une drôle histoire. J’étais aux Philippines et un jour que je faisais du shopping dans un centre commercial, je l’ai vue qui était avec ses amis. Dès le premier regard, elle a retenu mon attention. Elle était si belle", se souvient-il rêveur.

Et pourtant ce jour-là, Petrus manque de courage et n’ira pas à sa rencontre. De retour chez lui, le cœur rempli de regrets, il ne cessera de penser à la jeune inconnue, "quelque chose d’inexplicable m’a alors poussé à retourner au centre commercial dans l’espoir de la revoir. Je me suis alors promis de lui parler si je la revoyais. J’ai été exaucé! Je l’ai revu, au même endroit, toujours aussi belle. Cette fois je suis allé la voir. C’était notre première rencontre, le début d’une histoire d’amour à distance", ajoute-t-il.

À cause de l’éloignement géographique, Petrus et Hai Yên ne se rencontrent pas souvent, mais gardent étroitement contact par téléphone et messages sur les réseaux sociaux. Mais leur amour, encore jeune, ne saura surmonter les obstacles de la distance et de la différence culturelle. Le couple virtuel décide de se séparer.

L’amour, plus fort que tout

Des plats au menu du restaurant Kimchi Mr Kwon, dans l’arrondissement de Dông Da, à Hanoï.
Photo: NVCC/CVN

De son côté, Petrus a longuement réfléchi. "Depuis que j’ai fait la connaissance de Yên, j’ai toujours voulu découvrir non seulement la femme mais aussi son pays", confie-t-il. Ainsi, le cœur l’emporte sur la raison. "J’ai décidé de me rendre au Vietnam pour la retrouver. Et… nous nous sommes mariés!", raconte Kwon.

"Petrus est un homme doux et chaleureux. Il est toujours prêt à m’écouter, il me respecte. C’est la raison pour laquelle mes parents l’apprécient et ont autant confiance en lui", confie Hai Yên.

Comme beaucoup d’étrangers vivant au Vietnam, Kwon Petrus a mis un certain temps à s’adapter à la vie locale. Il a d’abord été impressionné par le trafic, qui d’après lui, est bien "trop bondé et chaotique", et nullement similaire à ce qu’il connaît en République de Corée.

Au Vietnam, la langue peut également constituer une barrière dans la vie de tous les jours. Au début, le jeune homme se sentait quelque peu exclus, il lui semblait que les gens n’aimaient pas lui parler. Mais en apprenant le vietnamien, il s’est rapidement mis à communiquer avec les locaux et ainsi à s’intégrer à la communauté.

Amateur de mam tôm

Passionné par la cuisine depuis longtemps, Kwon Petrus s’est intéressé de près à la gastronomie vietnamienne. Il a appris à confectionner des plats locaux mais à sa manière, avec une touche personnelle se basant sur les différences et les points communs entre la cuisine vietnamienne et celle de son pays natal.

Kwon a déjà savouré bon nombre de mets locaux, mais ce qui l’impressionne le plus, c’est le fameux mam tôm (saumure de crevettes fermentées), une épice très originale. "Je n’ai pas pu supporter son odeur la première fois que j’y ai goûté, c’était bien trop fort! Mais en insistant un peu, après plusieurs essais, je me suis mis à l’apprécier de plus en plus, et maintenant, j’en raffole et ne peux m’en passer pour certains plats", s’amuse-t-il.

Poursuivant son rêve, Kwon Petrus a ouvert son restaurant, nommé Kimchi Mr Kwon, dans l’arrondissement de Dông Da, qui présente la gastronomie sud-coréenne aux Hanoïens.

"Je voulais créer un espace qui permet de promouvoir la culture et la cuisine sud-coréennes au Vietnam, le tout à des prix raisonnables et accessibles au plus grand nombre", partage Kwon. Et d’ajouter qu’il ne se considère pas comme un chef cuisinier mais plutôt comme un amateur de bonne cuisine. "J’aime faire le bonheur des autres à travers mes plats, tout simplement".

En ce qui concerne la clé d’une cuisine réussie, Kwon confie sa recette, elle se compose de trois éléments: des ingrédients frais, des efforts constants mais aussi, et surtout, de la passion. "Si on concocte des plats avec ces trois facteurs, alors le succès est garanti!", assure-t-il avec fierté.
 
Mai Quynh/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
La France aide Lilama 2 pour la formation professionnelle