31/01/2019 16:13
Les yeux bandés par des écharpes, parqués à bord de pick-up, ils sont soupçonnés d'appartenance au groupe État islamique (EI). Dans l'Est de la Syrie, des jihadistes et des civils fuient sans discontinuer les derniers territoires de l'EI.

>>Deuxième attentat en quelques jours à Damas, fief de Damas
>>Syrie: une fosse commune découverte dans l'ancien fief de facto de l'EI
 

Un membre présumé du groupe jihadiste État islamique est assis à l'arrière d'un pick-up, les yeux bandés, pour être examiné par les Forces démocratiques syriennes, le 30 janvier.
Photo: AFP/VNA/CVN


Sous une vaste tente, des hommes sont assis par rangs serrés. Considérés comme des civils, ils attendent d'être transférés vers les camps de déplacés dans le Nord syrien. Cheveux hirsutes, emmitouflés dans des manteaux ou des caftans traditionnels, ils arborent une barbe fournie dont le port est imposé par les jihadistes.

Des dizaines de personnes sont sorties mercredi 30 janvier du dernier réduit de l'EI dans la province orientale de Deir Ezzor, près de la frontière irakienne. Quatre kilomètres carrés que les jihadistes défendent avec acharnement face à la progression des combattants kurdes et arabes des Forces démocratiques syriennes (FDS).

Certains déplacés font passer le temps en fumant une cigarette. Les patriarches s'agrippent à leur canne. Bien souvent, ils portent sur le crâne ou autour du cou un keffieh rouge et blanc pour se protéger des tempêtes de sable.

Ceux qui ont fui les combats sont accueillis par des interrogatoires poussés, des fouilles et leurs empreintes sont prélevées, près du champ pétrolier Al-Omar, devenu une position militaire pour les FDS. Ces derniers veulent identifier les jihadistes potentiels qui tentent de se fondre parmi les civils.

Les hommes et femmes jugés inoffensifs, ainsi que les enfants, sont envoyés vers des camps de déplacés du Nord-Est syrien. Les hommes soupçonnés d'être des jihadistes, les étrangers et les étrangères, seront quant à eux interrogés encore et encore, ou bien mis en détention. Avant tout trajet, les FDS leur banderont d'abord les yeux afin qu'ils ne puissent pas se repérer.

Soutenues par les raids aériens de la coalition internationale emmenée par Washington, les FDS ont conquis l'écrasante majorité du bastion de l'EI.

Depuis début décembre, plus de 36.000 personnes ont fui les territoires jihadistes, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).


AFP/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
L’enseignement de français aux écoles supérieures au Vietnam

Prix bas pour rencontres riches Ces dernières années, le fait de passer ses nuits en dortoir est devenu une pratique de plus en plus répandue parmi les visiteurs à Dà Nang. Explications.