18/12/2020 16:52
L’homme s’était retranché jeudi soir 17 décembre dans son entreprise, à Domont, prenant en otage son épouse, avec laquelle il était en instance de divorce depuis un an.
>>Les otages du bar-PMU de Blagnac libérées, le forcené arrêté

Le preneur d’otage a tué son épouse avant de se donner la mort. 
Photo : AFP/VNA/CVN

Un homme qui était retranché, jeudi 17 décembre, dans la soirée à Domont, dans le Val-d’Oise, a tué son épouse avant de retourner l’arme contre lui, après avoir blessé par balles deux personnes plus tôt dans la soirée, a appris l’Agence France-Presse (AFP) de sources proches de l’enquête.

Avant 19h00, cet homme, né en 1962 et déjà condamné pour violences sur sa femme, s’était retranché dans son entreprise avec sa compagne, âgée de 44 ans, avec laquelle il était en instance de divorce depuis un an, selon le parquet de Pontoise. Il avait été déféré à deux reprises, en 2019 et 2020.

Deux employés blessés

Avant la prise d’otage, l’homme a d’abord blessé deux de ses employés, le premier touché par balle alors que le second a reçu des éclats, a précisé le parquet, qui a ouvert une enquête pour assassinat, tentative d’assassinat et séquestration. Les deux personnes blessées sont sauves.

Un important périmètre de sécurité a été déployé aux alentours de cette entreprise d’aménagement paysager. Vers 22h00, le GIGN et une centaine de gendarmes étaient encore présents dans cette ville située à une vingtaine de kilomètres au nord de Paris, ont constaté des journalistes de l’AFP. Le GIGN n’a pas pu rentrer en contact avec l’homme retranché. Un robot, envoyé en repérage, a alors permis la découverte des deux corps.

En 2019, 146 femmes avaient été tuées par leur conjoint ou ex-compagnon, soit 25 de plus que l’année précédente, selon les chiffres officiels.

AFP/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Fête de la gastronomie populaire au village de Uoc Lê

D’importants potentiels de coopération en matière de tourisme médical Le Vietnam possède un énorme potentiel de tourisme médical qui devrait aider le pays à attirer plus de touristes étrangers, y compris ceux du Japon, a remarqué le professeur associé et Docteur Luong Ngoc Khuê, directeur du Département d'examen et de traitement médicaux.