22/08/2017 00:35
La journaliste suédoise Kim Wall, portée disparue depuis le 11 août, est morte accidentellement à bord du sous-marin de l'inventeur Peter Madsen, qui l'a ensuite jetée à l'eau, d'après les déclarations de M. Madsen rapportées lundi 21 août par les autorités danoises.
>>Données personnelles : la presse s'inquiète d'un projet européen restrictif
>>Une journaliste néerlandaise arrêtée pour des tweets visant Erdogan
   
La journaliste suédoise Kim Wall, dans une photo diffusée le 12 août par sa famille.
Photo : AFP/VNA/CVN

L'inventeur danois Peter Madsen, accusé d'homicide involontaire par négligence, "a déclaré à la police et au tribunal qu'il y a eu un accident à bord du sous-marin, qui a conduit à la mort de Kim Wall, qu'il l'a ensuite jetée à la mer dans un lieu encore indéfini dans la baie de Køge", au sud de Copenhague, a indiqué la police dans un communiqué.

Le 11 août, la défense danoise avait annoncé chercher le sous-marin Nautilus, le plus grand submersible artisanal du monde (18 m) au moment de son lancement il y a neuf ans, lequel avait disparu la veille au soir dans le détroit d'Öresund entre Danemark et Suède, avec deux personnes à son bord.

Pour la police danoise, le sous-marin a été délibérément coulé. Son propriétaire, Peter Madsen, 46 ans, avait été secouru, mais les autorités étaient toujours à la recherche de Kim Wall, 30 ans, qui écrivait un reportage sur l'inventeur.
   
Peter Madsen avait alors été soupçonné d'homicide involontaire par la police.
   
Le sous-marin a part la suite été renfloué et fouillé, sans que les autorités parviennent à trouver la trace de la journaliste.  M. Mandsen expliquait avoir laissé la femme sur la pointe de l'île de Refshaleøen, à Copenhague, dans la soirée du 10 août.
   
AFP/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Une journée au Musée des vestiges deguerre à Hô Chi Minh-Ville

Capturer de beaux moments avec les marguerites Daisy de Hanoï Entre la mi-novembre et la mi-décembre, quand Hanoï ressent les premiers vents hivernaux, c’est la pleine saison des marguerites Daisy (Astéracées). En cette période, ce serait une faute de goût de ne pas acheter un bouquet. Mais pour une expérience plus romantique, rien ne vaut une balade dans un champ de fleurs en banlieue.