14/01/2020 11:06
"J'ai un sentiment incroyable, le souci, c'est que je n'arrive pas à y croire !" Le Français Mathieu Serradori n'en revient pas mais c'est bien lui qui a remporté lundi 13 janvier la huitième étape du Dakar-2020, juste devant le double champion du monde de Formule 1 Fernando Alonso.
>>Dakar : Sainz accroît son avance
>>Dakar-2020 : Carlos Sainz double la mise lors de la 5e étape

Le Français Mathieu Serradori et son copilote belge Fabian Lurquin lors de la 7e étape du Dakar, entre Riyad et Wadi Al Dawasir, le 12 janvier.
Photo : AFP/VNA/CVN

"Je suis le Dakar depuis que je suis gamin, c'est un rêve que j'avais au fond de moi d'y participer. Aujourd'hui, j'ai la chance de pouvoir y participer, c'est déjà énorme", a confié le Français Mathieu Serradori, tout sourire. "Maintenant, de se dire qu'on a gagné une spéciale du Dakar en 2020, il n'y avait pas de meilleure manière de commencer l'année."

Au volant de sa SRT, Serradori, qui prend part à son cinquième Dakar et qui vise le top 5 au général, a devancé Alonso (Toyota) de 4 min 4 sec et l'Argentin Orlando Terranova (Mini) de 6 min 19 sec.

Le Français, chef d'entreprise dans la vie, est le premier pilote amateur à s'imposer parmi les pros depuis 32 ans. "Pour nous, notre Dakar est aujourd'hui réussi", a déclaré l'ancien motard.

Il a parfaitement négocié les dunes et les plateaux de cette huitième spéciale, une boucle de 477km autour de Wadi Ad-Dawasir en Arabie saoudite qui se déroulait au lendemain du décès d'un concurrent moto, Paulo Gonçalves. Un hommage a été rendu au Portugais dimanche soir et Serradori lui a dédié sa victoire d'étape.

L'autre surprise du jour est venue de Fernando Alonso, qui a réalisé sa meilleure performance jusqu'à présent en terminant deuxième, après quatre top 10 sur les sept premières étapes.

À l'aise dans les dunes 

Le double champion du monde de Formule 1 découvre cette année le Dakar, lui qui rêve de marquer de son empreinte les plus grandes courses du sport automobile. Applaudi par son équipe à son retour au bivouac, l'Espagnol s'est montré plutôt à l'aise dans les dunes.

Le pilote espagnol Carlos Sainz au volant de sa Mini engagé sur les dunes du desert saoudien près de Wadi Al Dawasir, le 12 janvier. Photo : AFP/VNA/CVN

"Je ne sais pas vraiment pourquoi mais je me sens bien dans les dunes", a-t-il déclaré en souriant. "C'est une bonne surprise pour nous, on ne s'attendait pas à être aussi rapide."

De quoi lui donner des espoirs de victoire d'étape dans la suite de la course ? "Au départ, je pensais que c'était impossible mais quand on fait deuxième, on peut rêver à une première place dans les prochains jours", a confié l'Espagnol.

Au général, la lutte se poursuit entre les favoris Carlos Sainz (Mini), Nasser Al-Attiyah (Toyota) et Stéphane Peterhansel (Mini), qui ont été moins à leur avantage sur cette 8e étape.

Sainz domine toujours avec 6 min 40 sec d'avance sur Al-Attiyah, tenant du titre, et 13 min 09 sur son coéquipier "Peter", alias "Monsieur Dakar", à quatre étapes de la fin de la course.

La course de lundi 13 janvier a été annulée pour les catégories motos et quads en raison du décès de Gonçalves (Hero), victime d'une chute dimanche 12 janvier dans la septième étape.

Mardi 14 janvier, la 9e étape du Dakar emmène les pilotes jusqu'à Haradh dans l'Est du pays, pour une spéciale de 410km.

AFP/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Nguyên Thu Thuy, la céramiste des espaces urbains

Le Centre du Vietnam reste une destination sûre Alors que de nombreuses localités ont suspendu leurs activités touristiques pour prévenir les infections respiratoires aiguës causées par la nouvelle souche du coronavirus (COVID-19), le Centre du Vietnam fait des efforts pour assurer la sécurité pour accueillir les voyageurs, avec des mesures pour consolider son image de destination sûre.