14/01/2022 16:37
Sam Sunderland (KTM), vainqueur moto du Dakar-2022, est un récidiviste puisqu'il s'était déjà imposé en 2017, en Amérique du Sud, devenant le premier motard britannique à remporter le fameux rallye-raid.
>>Dakar-2022 : al-Attiyah proche d'un 4e sacre en auto, tout reste possible en moto
>>Dakar-2022 : Audi domine la huitième étape en auto, retour vers le futur pour les motos

Le Britannique Sam Sunderland après sa victoire dans le rallye Dakar 2022, à l'issue de la dernière étape entre Bisha et Jeddah, en Arabie saoudite, le 14 janvier.
Photo : AFP/VNA/CVN

Sam Sunderland avait déjà failli doubler la mise en 2019, mais il avait terminé 3e derrière ses coéquipiers Toby Price et Matthias Walkner, et encore en 2021, quand il avait de nouveau fini 3e dans le sillage de Kevin Benavides et Ricky Brabec.

Cet hiver, le motard de 32 ans a débuté une nouvelle aventure, après six éditions disputées au sein de l'équipe d'usine Red Bull KTM. Il a rejoint le team officiel GasGas et l'Australien Daniel Sanders, très en vue en début d'épreuve (trois victoires sur les six premières étapes).

Cette remise en question a été fructueuse, même s'il a dû attendre la deuxième semaine pour que son succès se dessine. Le dernier rebondissement a eu lieu jeudi quand son beau-frère de leader, le Français Adrien Van Beveren, s'est égaré au début de la 11e étape, perdant plus d'un quart d'heure.

Pourquoi beau-frère ? En 2018, l'année où Adrien a quitté le Dakar sur une civière après une grosse chute, Sam s'est épris de Florence, la soeur cadette du Français, qui a toujours accompagné son frangin pour gérer son intendance, sa logistique.

Histoires de famille

Chez les Sunderland aussi, la moto est une histoire de famille, depuis que Sam a commencé à piloter à l'âge de sept ans, après avoir reçu une moto à Noël. Il l'a aussitôt cassée en tentant une roue arrière, puis il a commencé à participer à des compétitions de motocross au Royaume-Uni et ailleurs.

À 16 ans, un grave accident survenu lors d'un entraînement l'a obligé à s'éloigner de la moto pendant un an, ce qui aurait pu mettre fin à sa carrière professionnelle avant même qu'elle ne commence. C'est en rendant visite à son oncle et sa tante à Dubaï que Sam est tombé amoureux du pilotage dans le désert.

Le Britannique Sam Sunderland lors de la 11e étape du rallye Dakar autour de Bisha, en Arabie saoudite, le 13 janvier.
Photo : AFP/VNA/CVN

Il avait 19 ans et s'est alors installé à plein temps dans les Émirats, tout en travaillant dans un magasin KTM. Il a fait irruption sur la scène des rallye-raids lors de l'Abu Dhabi Desert Challenge en 2011, remportant deux étapes en tant qu'amateur, puis a fait ses débuts au Dakar en 2012.

Passé pro chez Honda, Sunderland a rejoint KTM en 2014 et a remporté le Dakar en 2017, en Argentine. Puis il est devenu champion du monde de rallye-raid moto en 2019.

En 2020, il devient papa pour la première fois, avec Florence. Il décrit sa paternité comme "une étape marathon (courue sur deux journées sans assistance au Dakar, ndlr) tous les jours de la semaine".

L'arrivée de sa fille n'a pas émoussé son instinct de compétition mais 2021 n'a pas été rose : victime d'un gros accident au Rallye du Kazakhstan, il a dû abandonner au Maroc, malade. Avant de se remettre pour bien préparer le Dakar, et donc pour le remporter une deuxième fois, sur un autre continent, vendredi 14 janvier à Jeddah.
 
AFP/VNA/CVN






 
 

 

 


Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Rendez-vous au Centre de la quintessence du village artisanal vietnamien

SEA Games 31 : les visiteurs étrangers impressionnés À l’occasion des 31es Jeux d’Asie du Sud-Est (SEA Games 31), le Vietnam a accueilli un grand nombre de sportifs, d’entraîneurs, d’officiels et d’amoureux du sport, venus de tous les pays de la région.