16/08/2018 10:30
La ville de Dà Nang (Centre) s’oriente vers une agriculture urbaine high-tech, biologique et productive. Une véritable révolution verte. Recommandations de paysans et dirigeants.
>>Investissements: Dà Nang met les bouchées doubles
>>Le parc high-tech de Dà Nang, figure de proue du Centre

Dà Nang s’intéresse de près au développement de l’agriculture high-tech.
Photo: Hô Câu/VNA/CVN

"Des techniques modernes pour une haute productivité agricole"
Dang Phu Hành, vice-président du Comité populaire du district de Hoà Vang

Avec près de 65 ha, soit 90% de sa superficie agricole, Hoà Vang est doté de la superficie de terre cultivable la plus importante de la ville. Ces dernières années, la production agricole a connu une forte croissance, grâce au remplacement des  pratiques culturales traditionnelles par des techniques modernes.

Actuellement, le district totalise 21 projets agricoles high-tech, dans l’horticulture (9 projets), le maraîchage (5), l’élevage (3), l’arboriculture (3) et la myciculture (1), qui donnent une production annuelle de près de 20.000 tonnes de légumes, 1.200 tonnes de produits aquatiques et un million de volailles.

Afin d’attirer les investisseurs, le district accélère l’aménagement de régions spécialisées dans l’application des techniques avancées. Il propose également certaines priorités en termes de politiques foncières. De plus, Hoà Vang s’intéresse de près à la formation d’une main-d’œuvre qualifiée capable de répondre aux besoins et exigences de la filière.

En 2018, le Comité populaire de ce district prévoit d’injecter plus de 7 milliards de dôngs dans l’assistance à la production agricole.


"Renforcer le transfert des progrès technoscientifiques"
Vu Thi Bich Hâu, directrice adjointe du Service des sciences et technologies de Dà Nang

Ces prochaines années, la ville continuera de privilégier les recherches scientifiques notamment dans l’agriculture, l’élaboration de marques commer-ciales, l’indication géographique et la protection de la propriété intellectuelle des produits agricoles.

Le Service municipal des sciences et technologies continuera d’assister les individus, les organismes et les entreprises dans l’accès aux programmes technoscientifiques municipaux tels que Nouvelle ruralité, caisse municipale de développement, etc.

Le Conseil populaire municipal, quant à lui, a publié en 2017 la Résolution 104 sur les politiques d’encouragement à la production agricole high-tech. Ainsi, les compagnies bénéficient d’assistances de 50% sur les frais d’expropriation des terrains (moins de 3 milliards de dôngs/projet), de 50% des investissements initiaux dans les ateliers de production (moins de 2 milliards de dôngs/projet)…

La ville de Dà Nang a approuvé, en 2017, sept zones spécialisées dans l’agriculture high-tech, notamment le maraîchage bio, l’élevage, la myciculture et la culture de plantes médicinales. Fin avril 2018, ces zones ont accueilli cinq entreprises que sont la Sarl d’élevage de vaches laitières du Vietnam dotée d’un investissement de 700 milliards de dôngs, les compagnies HAPRAS (légumes bio, 60 milliards), Greentech (52 milliards), Danapha (plantes médicinales) et Afarm (légumes hydroponiques).


"Changer les méthodes de production"
Nguyên Manh Thang, paysan de la commune de Hoà Ninh, district de Hoà Vang

Fin 2016, Manh Thang a décidé d’investir 2 milliards de dôngs pour changer ses méthodes de production agricole. Il a bénéficié pour cela d’une assistance financière d’un milliard de dôngs, soit 50% du fonds d’investissement du projet. Après la destruction d’un hectare d’acacia, il a construit une serre et installé des technologies d’irrigation israéliennes pour le maraîchage bio. Sur un hectare, il cultive choux, salades, courgettes, concombres… selon la technique de l’hydroponie. Il s’agit d’une méthode consistant à apporter aux plantes une solution nutritive, avec des sels minéraux dans l’eau douce, sans sol.

Cette méthode permet d’économiser le temps de production et d’atteindre des rendements élevés. Il récolte plus de 500 tonnes par an, ce qui lui rapporte environ 300 millions de dôngs.

Grâce aux assistances municipales, il a fondé une coopérative de légumes bio et recruté de nombreux travailleurs locaux payés plus de 5,2 millions de dôngs/mois.

Fruits et légumes bio mis en vente dans un supermarché.
Photo: Hoàng Phuong/CVN


"Plus de 500 ha réservés à l’agriculture high-tech"
Nguyên Dô Tam, directeur adjoint du Service municipal de l’agriculture et du développement rural

Dà Nang est une ville pionnière dans l’assistance aux paysans pour l’application des technologies avancées. Elle a ainsi investi  plus de 30 milliards de dôngs dans le secteur agricole, contribuant au développement socio-économique municipal.

Par ailleurs, la ville a aménagé plus de 500 ha pour des projets agricoles high-tech. Elle a lancé un  appel aux investisseurs, surtout dans les secteurs de l’horticulture, du maraîchage, de la myciculture, des plantes médicinales, de l’élevage. Sept investisseurs y ont déployé des projets.


"Se lancer sur le marché des légumes bio"
Nguyên Huu Thinh, patron de la ferme Tâm An Farm

Début 2014, Nguyên Huu Thinh a débuté son projet de maraîchage bio, sous la marque Tâm An Farm, à Phu Son Nam, commune de Hoà Khuong, district de Hoà Vang.

Sur 3 ha, sous serre, il a planté de nombreuses variétés de légumes dont concombre, courgette, salade... Il a également installé un système d’irrigation israélien et des puces électroniques permettant un bon contrôle des épiphyties.

Plus d’un an après, les premiers produits ont été écoulés dans des supermarchés et magasins locaux.

En octobre 2016, le Service municipal de l’agriculture et du développement rural a attribué à Tâm An Farm les normes VietGAP (Bonnes pratiques agricoles vietnamiennes).

Actuellement, Tâm An Farm s’étend sur 5 ha et écoule des centaines de tonnes de fruits et légumes par an, pour un bénéfice mensuel de plusieurs centaines de millions de dôngs.

Hoàng Phuong/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Indications géographiques: les aides de la France pour le Vietnam

Phu Quôc a accueilli plus de 4,7 millions de visiteurs depuis 2015 Depuis 2015, le district insulaire de Phu Quôc (province de Kiên Giang, Sud) a reçu plus de 4,7 millions de visiteurs, dont 20,5% d’étrangers. Les recettes touristiques ont connu en moyenne une hausse annuelle de 42,5%.