20/03/2019 17:21
La cérémonie d’annonce du projet "Système de prévisions de la dengue par satellite" s’est tenue mardi 19 mars au siège de l’ONU à Hanoï. Elle a été organisée par le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD), l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et plusieurs partenaires étrangers.
>>Sud: flambée de dengue et de rougeole
>>Épidémie de maladies contagieuses infantiles dans tout le pays
>>Lancement d’un central téléphonique de consultation en santé

Kamal Malhotra s’exprime lors de l’événement, le 19 mars à Hanoï.
Selon Kamal Malhotra, coordonnateur résident de l’Organisation des Nations Unies (ONU) et représentant en chef du PNUD au Vietnam, le projet "Système de prévisions de la dengue par satellite" (D-MOSS) a été financé par le Programme de partenariat international (International Partnership Programme - IPP) de l’Agence spatiale britannique (UK Space Agency).

Le projet D-MOSS développe un système de prévision dans lequel les bases de données d’observation satellite de la Terre sont combinées avec les prévisions météorologiques et un modèle hydrologique pour prédire la probabilité d’apparition des épidémies de dengue jusqu’à huit mois à l’avance.

Ce projet a débuté en février 2018 et devrait s’achevé en février 2021 et prend place à Hanoï, dans les provinces de Khanh Hoà (Centre), Dak Lak (hauts plateaux du Centre) et Dông Nai (Sud). Il permet au gouvernement, aux services de la santé communautaire et à la population vietnamienne de prendre les mesures adéquates afin de minimiser les impacts et les dégâts causés par la maladie.

La cérémonie d’annonce du projet D-MOSS se déroule le 19 mars à Hanoï.

Renforcer le partenariat international

Lors de son discours d’ouverture, M. Malhotra s’est félicité des idées innovantes des partenaires. Au Vietnam, la dengue survient sous forme d’épidémies périodiques impliquant des éléments divers comme l’urbanisation galopante, la pollution de l’environnement ou le réchauffement climatique. D’après le coordonnateur résident de l’ONU, la maladie virale ne provoque  pas seulement une surcharge dans les hôpitaux, mais cause également des pertes matérielles, pour les malades en particulier et la société plus globalement.

Le projet D-MOSS permet de prévoir les épidémies de dengue.

"Je suis fier des soutiens de l’Agence spatiale britannique et de ses partenaires. Ce projet concrétise les engagements du gouvernement britannique afin que le Vietnam puisse atteindre les Objectifs de développement durable de l’ONU", explique l’ambassadeur de Grande-Bretagne au Vietnam, Gareth Ward.

Le projet D-MOSS est dirigé par HR Wallingford, en collaboration avec l’École d’hygiène et de médecine tropicale de Londres, le Service national de météorologie de la Grande-Bretagne (The UK Met Office),  l’Organisation britannique de gestion politique (Oxford Policy Management), le PNUD, l’OMS, l’Institut Pasteur de Hô Chi Minh-Ville, l’Institut centrale d’hygiène et d’épidémiologie et entre autres.

Texte et photos: Hoàng Phuong/CVN
 

Renforcer le contrôle de la dengue

H’Yim Kdoh, vice-présidente du Comité populaire de la province de Dak Lak


Depuis le début de l’année, Dak Lak a recensé près de 120 cas de dengue. En 2018, 1.180 cas ont été découverts. Ces dernières années, le secteur de la santé a coopéré avec les services concernés dans le renforcement de la prévention et de la lutte contre les maladies infectieuses en général et la dengue en particulier. La participation au projet D-MOSS vise à renforcer la capacité de contrôle local de la dengue. Par l’intermédiaire de ce projet, Dak Lak recevra des soutiens internationaux, surtout dans l’élaboration des plans d’action et la formation de la main-d’œuvre.

Réduire le nombre d’enfants malades

Nguyên Hoà Hiêp, vice-présidente du Comité populaire de Dông Nai

Selon les statistiques, Dông Nai totalise entre 4.000 et 6.000 personnes atteintes de la dengue. Ces dernières années, la province a mis en œuvre de nombreuses activités de recherche technique en termes de lutte contre cette épidémie. Ce qui a permis la réduction du nombre d’enfants malades. Dông Nai s’engage à participer activement au projet M-DOSS. Afin que ce dernier puisse obtenir de bons résultats, la collaboration entre les services concernés est indispensable.
 
 





 

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Le ravioli du village de Kênh, une saveur naturelle

Le delta du Mékong laboure le sillon de l’agrotourisme Depuis quelques années, de nouvelles formes de tourisme qui mettent un accent particulier sur le vécu authentique de la nature et de la culture s’implantent à leur rythme dans le delta du Mékong, grenier de riz du Vietnam. Les offres se sont multipliées autour du thème de l’agriculture mais cette dynamique est loin d’atteindre sa maturité.