26/11/2021 09:25
Cette année, 71% des entreprises ont mis en place un service de sécurité d’information, contre 44% en 2020. C’est ce qui ressort du récent colloque en ligne sur la "Sécurité de l'information dans la transformation numérique, nouveaux défis et opportunités".
>>Transformation numérique : le PM rencontre des chefs d'entreprises japonaises
>>Restructuration économique : promotion de l'innovation et de la transformation numérique
>>Les factures électroniques jouent un rôle important dans la gestion fiscale moderne

Un centre de sécurité de l'information pour les villes intelligentes à Hô Chi Minh-Ville.
Photo : CTV/CVN

Organisé par l’Association de la sécurité de l’information du Vietnam (VNISA) en collaboration avec le Département de la sécurité de l'information (ministère de l'Information et des Communications), le colloque en ligne sur la "Sécurité de l'information dans la transformation numérique, nouveaux défis et opportunités" a montré une image globale dans le domaine de la sécurité de l'information au Vietnam.

Les statistiques présentées dans ce colloque ont informé que 81 % des entreprises ont élaboré et publié des réglementations sur la sécurité de l'information, soit plus de 77 % en 2020.

La pandémie fait augmenter le travail à distance. Le télétravail exige sûreté et sécurité dans chaque entreprise. Le vice-président de VNISA dans le Sud, Trinh Ngoc Minh, a déclaré que le plus grand obstacle à la sécurité de l'information dans les organisations est la sensibilisation des utilisateurs.

"De plus, l'incapacité à mettre à jour les méthodes d'attaque ou l’obligation d’équilibrer l'application des principes de gestion avec les objectifs commerciaux sont les prochains obstacles dans la sécurité de l'information", se soucie Trinh Ngoc Minh.

Face à cette situation, "il est nécessaire, pour les entreprises, d’amplifier la prise de consciences sur la sécurité de l'information chez les travailleurs, d’apprécier et de contrôler périodiquement, sans oublier de coopérer étroitement avec les organismes compétents et professionnels dans le traitement des incidents", souligne-t-il.

Ainsi, afin d'assurer la cybersécurité nationale, il est nécessaire pour le pays de faire valoir la force de l'ensemble de la société. Toutes les organisations et les individus ont des rôles et responsabilités pour assurer la sécurité dans l'environnement en réseau, dans lequel les organismes étatiques jouent un rôle de coordination, de connexion et de partage des informations, d’après le vice-ministre de l'Information et de la Communication, Nguyên Huy Dung.

Selon le Rapport sur l'indice mondial de cybersécurité 2020, le Vietnam s'est classé 25e sur 194 pays et territoires, en hausse de 25 places par rapport à l'évaluation publiée en 2018, classé 7e en Asie - Pacifique.

Avec ce résultat, le Vietnam disposait initialement de bonnes bases en matière de cybersécurité, mais il reste encore des points faibles à surmonter. "Ainsi, le pays devrait se concentrer sur le développement de trois objectifs principaux : assurer un cyberespace de sécurité ; créer une confiance numérique et maîtriser le marché de la sécurité de l'information", espère le vice-ministre Nguyên Huy Dung.

Câm Sa/CVN
 
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Bac Hà préserve et développe l'artisanat traditionnel

Le printemps arrive chez les Xa Phang de Diên Biên Nous nous rendons aujourd’hui à Thèn Pa, un hameau rattaché à la commune de Sa Lông, dans la province septentrionale de Diên Biên, pour découvrir la façon dont les Xa Phang célèbrent le Têt.