06/12/2020 13:42
Dans le but de stopper la déforestation, la province de Quang Nam a déployé un projet pilote global de développement du Ganoderme Luisant. Ce champignon aux mille vertus est également un moyen de subsistance durable pour les habitants.
>>L’enjeu des ressources génétiques
>>Le pays aura un Centre de conservation des gènes d’animaux précieux
>>De nouveaux espoirs pour la conservation de la tortue géante de Swinhoe

Lors d’un cours de technique de culture du G. lucidum destiné à des habitants de certains districts de la province de Quang Nam (Centre).
Photo : Phan Vinh/CVN

Le Ganoderma lucidum Karst, l’une des espèces rares et précieuses de la famille Ganoderma lucidum (G. lucidum), pousse sur tige et les racines de l’arbre Erythrophleum fordii (une espèce de plante de la famille des Fabaceae) mort depuis plusieurs années. Ce champignon se trouve dans les forêts naturelles des provinces de Hà Giang, Lào Cai, Diên Biên, Hoà Binh (Nord) et Quang Nam (Centre), offrant des conditions pédoclimatiques adéquates.

La demande dépasse largement l’offre

La demande du marché étant trop élevée pour une offre encore réduite, ce champignon subit la surexploitation, l’espèce est même menacée d’extinction. Les organisateurs du projet Truong Son Xanh, qui a pour but de protéger les animaux sauvages et les ressources forestières, en coopération avec la société de Nâm Linh Chi Quang Nam, spécialisée dans la conservation, le développement et l’application de hautes technologies dans la culture et la commercialisation du G. lucidum, déploient un vaste projet visant au développement de la chaîne de valeur de ce champignon dans la province de Quang Nam.

Ce projet s’inscrit aussi dans le cadre de l’amélioration des moyens de subsistances des habitants des régions montagnardes, surtout des ethnies minoritaires dans les districts Dông Giang, Nam Giang, Tây Giang, Tiên Phuoc, Dai Lôc, Phu Ninh, Nui Thành et la ville de Tam Ky.

Concrètement, le projet se penche dans l’élaboration de plans d’agrandissement des plantations, la promotion et la présentation du produit dans d’autres localités et à l’étranger. Le projet vise également à créer des emplois pour augmenter le revenu des habitants des districts susmentionnés, surtout les membres des ethnies minoritaires vivant directement des ressources de la forêt. Cela contribue à diminuer l’exploitation forestière et à protéger la biodiversité.

Selon des enquêtes menées par les employés du projet, l’offre du G. lucidum Karst ainsi que d’autres espèces naturelles de G. lucidum est en baisse tandis que la demande est encore très élevée. La société se dirige donc vers la culture du champignon, dont le G. lucidum Karst pour à la fois satisfaire la demande des consommateurs et pour le préserver.    

Pour une subsistance durable

Le Pr. Shoji Ohga enseigne des techniques de culture du G. lucidum aux employés de la société Nâm Linh Chi Quang Nam.
Photo : Phan Vinh/CVN

En outre, un professeur de l’Université impériale de Kyūshū du Japon a été invité pour aider à mettre en place une culture sélective de qualité et amener de nouvelles perspectives de transition des techniques aux habitants désirant se lancer dans cette activité. Le but étant de créer une chaîne de fourniture du G. lucidum complète, durable et compétitive.

Ainsi, le projet Truong Son Xanh a fourni 15.000 sacs de culture de G. lucidum à plus de 350 personnes tentant de s’initier à la culture de ce champignon dans les districts de Tiên Phuoc, de Phu Ninh et de Nui Thành. Une formation a également été dispensée avec des cours pratique de culture. Fin août 2020, quinze groupes de culture du G. lucidum ont vu le jour et ont revendu à la société Nâm Linh Chi Quang Nam les champignons produits.

"Ayant bien assimilé les techniques acquises de la culture du champignon, les produits de la culture d’expérimentation sont de très bonne qualité. Avec un prix d’achat de 900.000 dôngs le kilo de champignons séchés, je trouve que cela rapporte gros par rapport à la culture d’autres plantes. De plus, cela n’exige pas trop de travail, nous comptons donc faire d’autres fermes de culture de ce champignon", fait savoir Nguyên Thi Vân Anh, une habitante du district de Phù Ninh. 

Selon Dào Duy Linh, directeur de la société, d’autres sacs de cultures vont être fournis aux personnes intéressées dans la culture du G. lucidum. "C’est une bonne mesure tant pour assurer l’augmentation de revenu des habitants que pour limiter la surexploitation de ce fameux champignon", souligne-t-il.

Outre la transmission des techniques de la myciculture de G. lucidum aux habitants de Quang Nam, le projet Truong Son Xanh tient à limiter l’exploitation des champignons dans la nature. Ainsi, depuis juillet 2019, des programmes avec une trentaine de membres, tous de l’ethnie minoritaire Co Tu, ont été mis en œuvre pour promouvoir une exploitation durable de cette ressource naturelle. Les membres du projet ont pour mission de repérer des G. lucidum dans la nature, de les protéger pour garantir une forte résurgence naturelle du champignon.
Mai Quynh/CVN

 
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Bánh duc à la sauce de soja, un encas rustique mais délicieux

La région de la montagne percée à Cao Bang Cao Bang regorge de sites naturels spectaculaires. Outre la cascade de Ban Giôc, la chaîne de montagnes percées de Nui Thung, les maisons sur pilotis traditionnelles en pierre ou les superbes paysages sont autant d’atouts touristiques majeurs.