05/07/2020 18:31
Inscrit au patrimoine culturel immatériel de l’UNESCO en 2016, le culte des déesses-mères est pratiqué dans 21 villes et provinces du Nord au Sud. De toutes les croyances vietnamiennes, ce culte est le plus original.
>>Ngô Duc Thinh, gardien du culte des Déesses-Mères
>>Le culte des Déesses-mères des Trois mondes, patrimoine du Vietnam

Une séance de culte des Déesses-Mères.
Photo : VNA/CVN

Le culte des déesses-mères est une croyance purement vietnamienne inspirée du taoïsme et du bouddhisme. La déesse-mère la plus importante est Liêu Hanh, une fée qui selon la légende est descendue sur terre pour mener une vie humaine et se convertir au bouddhisme. Surnommée la Mère de l’Univers, elle compte parmi les quatre immortels du panthéon vietnamien. C’est au XVIe siècle que le culte des déesses-mères s’est répandu au sein des populations, y compris des minorités ethniques.

C’est une pratique typiquement vietnamienne, affirme le professeur Trân Lâm Biên, spécialiste des patrimoines culturels. "La grande particularité du culte des déesses-mères tient en son évolution constante. Il a suivi le peuple vietnamien depuis sa naissance et a évolué avec lui, d’où sa pérennité. Les Vietnamiens en général accordent une grande importance à l’élément yin. Lorsqu’ils vivaient encore dans la jungle, ils vénéraient la déesse de la forêt. Après avoir défriché les deltas, ils ont élaboré un culte pour rendre hommage aux déesses-mères".

Si ce culte est pratiqué dans tout le pays, c’est dans la province septentrionale de Nam Dinh qu’il est le plus présent. Dans cette province, quelque 400 sanctuaires sont dédiés à la déesse-mère Liêu Hanh, dont au moins deux ont été érigés suite à ses apparitions.

Le culte des déesses-mères ne vénère pas que les divinités féminines et légendaires. Il rend également hommage aux héros nationaux et permet à la population vietnamienne d’entrer en communion avec eux lors de cérémonies qui allient harmonieusement chant, musique, danse, distribution de cadeaux aux fidèles…

Loin des rituels rigoureux d’autres religions, ces cérémonies festives qui sont comme des spectacles interactifs procurent aux participants une sensation de bien-être inégalée. Pour les pratiquants, le culte des déesses-mères apporte santé, chance et bonheur immédiatement, ici et maintenant.

VOV/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Une expérience inoubliable pour les étudiants francophones au Vietnam

L'île de Phu Quôc développe une agriculture écologique liée au tourisme Le district insulaire de Phu Quôc, province de Kiên Giang (Sud), est déterminé à développer un modèle de production agricole écologique associé aux services et au tourisme afin de créer plus de produits touristiques d'ici 2025 et à l'horizon 2030.