29/10/2017 20:40
L'enquête sur les mystérieux incidents qui auraient causé des dommages physiques à des diplomates américains à Cuba continue de susciter la polémique entre Washington et La Havane, qui reproche aux États-Unis d'entraver ses investigations.
>>Raul Castro dénonce un "recul" des relations entre Cuba et les États-Unis
>>USA-Cuba: ce qui a changé depuis le dégel

L'ambassade des États-Unis à La Havane, le 3 octobre 2017.
Photo : AFP/VNA/CVN

Depuis la révélation de l'affaire en août, l'administration américaine se garde d'accuser formellement le gouvernement cubain, mais le président Donald Trump a affirmé mi-octobre que Cuba était "responsable". Et la Maison blanche considère que La Havane avait "les moyens de stopper les attaques".

Samedi 28 octobre à Washington, le ministre cubain des Affaires étrangères Bruno Rodriguez a dénoncé une "manipulation politique destinée à nuire aux relations bilatérales" entre les deux pays. "Les soi-disant attaques acoustiques (...) sont totalement fausses", a-t-il insisté.

Dans un documentaire sous forme de contre-offensive diffusé jeudi soir 26 octobre par la télévision cubaine, des responsables cubains de l'enquête ont aussi rejeté toute responsabilité, tout en reprochant à la partie américaine de ne pas collaborer. Responsable du volet médical, le docteur Manuel Villar a affirmé que Washington avait refusé de partager les dossiers médicaux des personnes affectées ou de laisser des médecins américains échanger avec leurs confrères cubains.

"La coopération a été nulle et les rapports que nous avons reçus n'éclairent pas ce qui s'est passé", a-t-il déploré. Les Cubains assurent pourtant avoir fait preuve de bonne volonté en accueillant des enquêteurs du FBI à trois reprises cette année.

Sourd à ces arguments, Washington a retiré fin septembre plus de la moitié de son personnel diplomatique à Cuba et expulsé 15 diplomates cubains du territoire américain. Depuis près d'un mois, les visas américains ne sont plus délivrés à Cuba, ce que La Havane juge "injustifié".

En prenant de telles mesures sans attendre les résultats de l'enquête, Donald Trump et son secrétaire d'État Rex Tillerson "sont en train de placer la relation avec Cuba dans un bourbier, sans proposer aucune perspective de sortie de crise", regrette l'expert cubain Arturo Lopez-Levy, Professeur à l'Université du Texas Rio Grande Valley.
 

AFP/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Le "bain de feu" des Dao rouges pour accueillir le Nouvel An lunaire

Lai Châu séduit les touristes par ses festivités culturelles La province de Lai Châu (Nord-Ouest) abrite une bonne vingtaine d’ethnies. La beauté de ses vallées montagneuses, l’originalité de sa cuisine et la diversité de ses fêtes traditionnelles font de cette région l’une des plus originales du Vietnam.