21/09/2018 00:19
Près de 300.000 retraités vont bénéficier d'un geste fiscal destiné à compenser la hausse de la CSG entrée en vigueur au 1er janvier 2018, et non 100.000 comme initialement prévu, a annoncé jeudi 20 septembre le Premier ministre Edouard Philippe.
>>La croissance en France fortement ralentie au premier trimestre
>>Les salariés aux carrières précaires plus exposés aux risques psychosociaux
>>Baroin : "l'État pouvait retirer un de ses impôts"

Edouard Philippe le 19 septembre. Photo: AFP/VNA/CVN

"Il y aura 300.000 personnes qui n'auront pas à payer cette augmentation de la CSG dans les années qui viennent", a déclaré le chef du gouvernement sur France Inter, évoquant un "effort de 350 millions d'euros" pour les finances publiques. Cette mesure correctrice avait été annoncée fin mars par le gouvernement, dans un contexte de grogne contre la perte de pouvoir d'achat des retraités. Mais l'exécutif n'avait alors pas précisé la façon dont elle allait s'articuler.

Concrètement, "il faudra être passé pendant deux ans en continu au dessus du seuil arrêté l'année passée pour être frappé par cette augmentation de la CSG", a expliqué jeudi le Premier ministre. La hausse de 1,7 point de CSG a été votée dans le cadre du projet de loi de finances 2018. L'objectif était de compenser la suppression des cotisations chômage et maladie pour les salariés du privé

Elle s'applique aux retraités dont le revenu fiscal de référence se situe au-dessus de 14.404 euros pour une personne seule, et 22.051 euros pour un couple. Des seuils jugés trop bas par l'opposition. Selon Bercy, près de 60% des retraités, soit 7,5 millions de personnes, sont actuellement concernés par la hausse de la CSG. Les 40% restants, exonérés de CSG ou soumis à la CSG à taux réduit (3,8%), ne sont pas touchés.

AFP/VNA/CVN


 
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
L’enseignement de français aux écoles supérieures au Vietnam

Quang Ninh: Câm Pha donne la priorité au secteur touristique Câm Pha, entourée par les deux villes de Ha Long et Vân Dôn dans la province Quang Ninh (Nord), connaît une forte croissance économique. Pour mieux exploiter ses potentiels dans le secteur de "l’industrie sans fumée", la ville a proposé des mesures pour améliorer des qualités des services.