20/06/2018 08:28
Le Haut-Commissaire des Nations unies pour les réfugiés (HCR), Filippo Grandi, en visite en Libye, a prôné mardi 19 juin la "coopération" pour résoudre la crise migratoire en Europe.
>>Après une semaine d'errance, les migrants de l'Aquarius à bon port en Espagne
>>L'UE veut tripler son budget consacré à la crise migratoire

Le haut-commissaire des Nations Unies pour les réfugiés, Filippo Grandi (2à droite), visite en Libye un camp accueillant des déplacés libyens près de Tripoli le 18 juin. Photo: AFP/VNA/CVN

"Ce problème peut être résolu par la coopération et non pas pays par pays", a déclaré M. Grandi lors d'une conférence de presse à Tripoli.

"J'ai écrit hier (lundi 18 juin) à la présidence de l'UE, offrant l'expertise du HCR dans la recherche de nouvelles solutions essentielles mais aussi pratiques pour répondre à ces flux de personnes et cela doit inclure le sauvetage en mer et le débarquement", a-t-il dit.

"Il faut trouver le système qui sera accepté par tous les pays méditerranéens", a-t-il dit.

L’Italie a déclenché une nouvelle crise dans l'UE après la décision de son ministre de l'Intérieur Matteo Salvini de refuser d'accueil d'un bateau chargé de migrants venus d'Afrique.

Après une odyssée d'une semaine en Méditerranée, les 630 migrants de l'Aquarius sont finalement arrivés dimanche en Espagne.

"Il est clair que quelque soit le débat politique, si les gens sont en détresse en mer, ils doivent être sauvés (...) C'est la loi de la mer", a estimé M. Grandi.

"Bien que je ne pense pas que la fermeture des ports -comme l'Italie l'a fait- soit la bonne réponse, je pense aussi que l'Italie a raison de dire qu'elle a reçu la plupart des gens traversant la Méditerranée" et de demander "une distribution plus équilibrée des débarquements" de migrants.

M. Grandi achevait une visite de deux jours en Libye et devait se rendre au Niger accompagné de 131 réfugiés. Le HCR a installé un centre de transit au Niger où les dossiers des réfugiés évacués de Libye sont examinés par les pays d'accueil.

M. Grandi a indiqué que sur les 40.000 places demandées pour les réfugiés venant des pays sur la route de la Méditerranée centrale, le HCR a reçu des promesses pour 25.000 places, a-t-il dit.

Jusqu'ici, seulement moins de 2.000 migrants ont été admis dans les pays d'accueil, a-t-il déploré, appelant ces pays à accélérer les procédures d'installation de ces demandeurs d'asile.

Depuis la chute du gouvernement de Mouammar Kadhafi en 2011, la Libye, en proie au chaos et à l'insécurité, est devenue une plaque tournante de l'immigration clandestine vers les côtes européennes.

AFP/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Le Musée des beaux-arts de Hô Chi Minh-Ville, destination favorite des touristes