27/03/2018 18:34
"Le pays doit mettre en place un mécanisme et une politique puissante pour produire des scientifiques made in Vietnam". C’est ce qu’a affirmé le professeur Trân Thanh Vân, président de l'Association des sciences "Rencontre Vietnam" face à l’approche de la 4e révolution industrielle.
>>La science exoplanétaire au cœur d'un colloque scientifique à Quy Nhon
>>Évaluation des risques pour l'environnement et la santé humaine

Le professeur en physique Trân Thanh Vân. Photo : Thanh Tuê/CVN
Les Vietnamiens obtiennent de nombreuses médailles dans le cadre d’Olympiades internationales. Le pays compte également plusieurs élèves très doués au niveau national, mais le développement de la recherche scientifique au Vietnam reste modeste. Que faire pour encourager les jeunes à la recherche scientifique ?

Nous souhaitons plus que toute la participation active des jeunes au développement de la recherche scientifique. Dans la ville de Quy Nhon, dans province centrale de Binh Dinh, l'Association des sciences "Rencontre Vietnam" a fondé l'Espace des sciences dans le Centre international de l’éducation et des sciences interdisciplinairese (ICISE) où des jeunes vietnamiens peuvent étudier et échanger avec des scientifiques.

D’après moi, on ne doit pas attendre au moment d’être étudiant, mais mêmes des écoliers peuvent avoir accès à la science. C’est-à-dire, les premières étapes seront des expérimentations simples pour les écoliers. Ensuite, les élèves et étudiants pourront approfondir leurs recherches en fonction du secteur choisi. Dans les écoles, surtout dans les grandes villes, on peut créer des clubs spécialisés dans la recherche scientifique afin de promouvoir l’amour pour la science dès l’enfance. 

Et pour les étudiants, monsieur ?

Au Vietnam, il y a peu de laboratoires scientifiques. C’est pourquoi les étudiants ont peu d’opportunités d’accès direct à la science. En ce qui concerne la physique astronomique, laquelle attire particulièrement l’attention des étudiants, elle ne fait partie d’aucun programme de formation au Vietnam. Ainsi, il est temps de changer.

Maquette de l’Espace des sciences à l’ICISE. Photo : ICISE/CVN

Concrètement, il est nécessaire d’avoir des professeurs qui ont la science à cœur afin de transmettre leur passion à la jeune génération, sans oublier de recevoir des contributions des scientifiques vietnamiens résidant à l’étranger, comme le professeur et docteur de physique Dàm Thanh Son, qui a été élu à l'Académie nationale des sciences des États-Unis (NAS). Il n'y a rien de plus efficace que la rencontre directe avec des scientifiques vietnamiens les plus influents au monde.

Mais un grand nombre de scientifiques vietnamiens influents vivent actuellement à l’étranger. Ainsi, il peut être difficile pour les jeunes vietnamiens de les rencontrer  "en chair et en os" ?

En réalité, ces scientifiques vietnamiens ne peuvent pas vivre dans leur pays natal avec les salaires qu’on leur propose aujourd’hui. Ils doivent vivre dans un environnement scientifique et ne doivent pas se soucier de problématiques matérielles. Mais au Vietnam, les scientifiques étudient la science et doivent souvent trouver un emploi complémentaire pour gagner leur vie. Ces scientifiques n’exigent pas un salaire exorbitant pour vivre, mais ils souhaitent un train de vie décent, afin de pouvoir se plonger uniquement dans la recherche scientifique. Face à cette situation, il est nécessaire pour l’État de mettre en place des actions efficaces afin d’attirer les meilleurs scientifiques à revenir travailler dans leur pays natal.
 
Câm Sa/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Indications géographiques: les aides de la France pour le Vietnam

Châu Dôc: Vers la diversification des offres touristiques La ville de Châu Dôc, dans la province d’An Giang (Sud) bénéficie de conditions naturelles favorables au développement des services. Elle se focalise actuellement sur l’enrichissement de l’offre touristique, notamment sur le plan spirituel et culturel, en invitant des investisseurs à s’y intéresser pour développer infrastructures routières, lieu de résidence... en vue d’accueillir de plus en plus de pèlerins sur cette terre sacrée.