10/12/2018 23:01
En raison de sa faible compétitivité, le secteur de l’élevage sera fortement touché par l'accord global et progressiste de partenariat transpacifique (CPTPP), selon les experts.

>>CPTPP: opportunités et défis pour l’exportation de produits aquatiques
>>Pour tirer des profits du CPTPP
 

Le secteur de l'élevage a déployé des efforts pour améliorer la qualité et réduire les coûts des produits. Photo: VNA/CVN


Le porc, le bœuf et le lait seront les produits les plus influencés par cet accord.

Selon l'ancien chef du Département de l'élevage du ministère de l'Agriculture et du Développement rural (MADR), Hoàng Thanh Vân, bien que le secteur de l'élevage ait déployé de nombreux efforts pour améliorer la qualité et réduire les coûts, les produits vietnamiens sont toujours moins compétitifs que les produits importés.

Dès l’entrée en vigueur du CPTPP, une grande quantité de produits de bœuf et de lait australiens et néo-zélandais ainsi que du porc et du poulet canadiens entreront sur le marché vietnamien. Cela pourrait modifier les tendances de la consommation au Vietnam et causer des impacts sur le secteur de l'élevage national.

Un autre défi auquel le secteur de l'élevage vietnamien doit faire face, c'est la dépendance de l'importation d’ingrédients d'aliments ou de races animales. En effet, le Vietnam importe des vaches de reproduction d'Australie et des canards de France, du blé de Russie, d'Australie et du Canada, du maïs d'Argentine et du Brésil.

Améliorer la compétitivité des produits

Selon le MADR, la valeur des importations d'aliments pour animaux et de matières premières a atteint 3,2 milliards de dollars au cours des dix premiers mois de 2018, soit une hausse de 17,4% en glissement annuel, tandis que les exportations de produits d'élevage n'étaient que de 455 millions de dollars.

Le CPTPP comprend par ailleurs des règles strictes sur les zones exemptes de maladies animales. Les marchés les plus exigeants, tels que le Japon, le Chili et Singapour, appliquent des barrières techniques strictes aux produits d'élevage importés.

Le Vietnam ne compte que 50 zones (au niveau de district) et 1.092 établissements d'élevage ayant des certificats de sécurité sanitaire. Une performance en deçà des objectifs.

Outre des difficultés, le CPTPP apporterait aussi des opportunités au secteur de l'élevage au Vietnam. Les entreprises nationales seront obligées de changer leur méthode de gestion pour améliorer la compétitivité de leurs produits.

Le Vietnam deviendra plus attrayant pour les investisseurs étrangers, notamment ceux du secteur de l'élevage. De nombreuses entreprises nationales et étrangères cherchent à investir dans ce domaine.

Les experts ont suggéré d'élargir les modèles d'élevage selon les chaînes de liaison entre entreprises et fermes, coopératives.., afin de faciliter la traçabilité des produits et d’encourager les entreprises à appliquer des technologies modernes dans la production de matières premières pour l'alimentation animale.

Les entreprises ont également été invitées à rechercher davantage de marchés pour les produits d'élevage.

Le Vietnam exporte actuellement du poulet transformé au Japon, du porc congelé en Malaisie et des œufs de canard salés et des œufs de caille à Singapour et en Australie. Cependant, la quantité et le chiffre d'affaires de ces produits restent modestes.


VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
L’histoire de l’ao dài a son musée privé

ASEAN: la connexion des patrimoines régionaux à l’ère numérique au cœur d’une conférence L’ASEAN est célèbre pour ses nombreux patrimoines naturels et culturels qui sont devenus des destinations attrayantes au niveau mondial. Dans le contexte de développement technologique rapide, la connectivité et la promotion des valeurs patrimoniales dans la région poseront les bases d’un développement durable du tourisme.