03/01/2021 09:07
Pour faire passer un message, la métaphore est parfois un outil parfait. Ce point-là, le Professeur britannique d’origine vietnamienne Jonathan Van Tâm l’a bien compris. Il a parlé de la crise sanitaire à sa manière, inimitable.
>>COVID : en attendant la vaccination, l'Angleterre se déconfine
>>Le Royaume-Uni teste une application de traçage
>>Nombre record de morts au Royaume-Uni, le public encouragé à respecter le confinement

Jonathan Van Tâm lors d’un programme télévisé britannique.
Photo : CTV/CVN

Lorsque la pandémie de COVID-19 a commencé, les ministres britanniques ont donné des conseils à tous les citoyens. Pour se faire entendre, ils se sont tournés vers des stars dans leur domaine que sont le Professeur Chris Whitty, conseiller médical en chef du gouvernement, et le célèbre acteur Mark Strong.

Huit mois plus tard, le médecin-chef et la star hollywoodienne ont été supplantés par un épidémiologiste d’origine vietnamienne : le Professeur Jonathan Van Tâm.

Né en 1963, Jonathan Van Tâm est chief medical officer (CMO) du Royaume-Uni depuis octobre 2017. Il s’est également vu remettre l’ordre de l’Empire britannique.

"Ce médecin est désormais le +scientifique de choix+ de la télévision", a dévoilé le journal The Guardian dans son article intitulé "Comment Jonathan Van Tâm a gagné la confiance de la nation sur le coronavirus ?".

Quand le gouvernement britannique déployait sa stratégie de communication sur le vaccin contre le COVID-19, il s’est offert les services éclairés de Jonathan Van Tâm, qui avait pour mission de faire passer le message du gouvernement sur l’importance et la sécurité des vaccinations.

Une analogie avec le football

L’une des raisons pour lesquelles ce Professeur est si populaire en tant que communicateur scientifique est qu’il maîtrise bien… la métaphore. Il se sert de sa parfaite maîtrise de la langue anglaise pour parler de la crise sanitaire.

"J’aime bien les métaphores. J’ai commencé à les tester il y a des années. À mon avis, elles permettent de transformer la médecine en histoires. Et les gens sont souvent très intéressés par les histoires", a-t-il confié.

Nombreuses sont les personnes qui doutent de la qualité des vaccins anti-COVID-19, puisque produits dans un laps de temps record.
Photo : ST/CVN

Apparaissant dans une émission spéciale de BBC News en direct, le Professeur Jonathan Van Tâm a fait une analogie avec le football.

"Si vous voulez que je fasse une analogie avec le football, je dirais que, vous savez, c’est clair qu’en première mi-temps, l’équipe adverse nous a donné un coup de massue en marquant le premier but, et que maintenant, à la 70e minute, nous avons pu marquer un but égalisateur", a-t-il dit. Et de continuer : "Nous devons garder notre sang-froid et voir si nous pouvons marquer un autre but. Mais l’essentiel est de ne pas perdre, de ne pas baisser les bras parce que nous avons déjà un point au tableau. Donc, ce que je dis, c’est que nous avons besoin de plus de vaccins, mais il faut aussi que les gens se rendent compte qu’on ne parle pas d’une levée immédiate des interdictions et des restrictions pour le moment. Il ne s’agit pas pour nous de laisser les gens attendre éternellement, mais nous devons écouter la science, nous devons avoir les données nous permettant de dire aux gens qu’ils peuvent se détendre tout en respectant certains gestes barrières et d’être confiants".

Le Père Noël en attente du vaccin

Le Royaume-Uni est devenu le premier pays au monde à donner le feu vert au vaccin Pfizer-BioNTech. Le Professeur Jonathan Van Tâm a déclaré qu’il était "très confiant" envers l’Agence de réglementation des médicaments et des produits de santé (MHRA) qui a l’approuvé.

"J’ai vraiment dit à ma mère de 78 ans, qui m’écoute probablement maintenant : +Maman, vous devez avoir ce vaccin, ou l’un des vaccins que la MHRA approuve dès qu’ils seront disponibles. C’est vraiment important, car vous êtes tellement à risque+", a-t-il partagé sur un programme questions-réponses sur la BBC.

"Le Père Noël serait en tête de la file d’attente pour obtenir le vaccin", a dit Jonathan Van Tâm à la BBC, avec un large sourire. Il a aussi averti qu’une fois les personnes vaccinées, elles ne pourraient pas reprendre une vie normale immédiatement.

"C’est une nouvelle maladie, c’est un nouveau programme de vaccination. Nous devons procéder étape par étape et voir attentivement ce qui va se débloquer pour nous. Ce qui peut être déverrouillé sera déverrouillé, mais nous devons le faire très précautionneusement".

Il a dit qu’il reste à décider si les gens recevront des certificats de vaccination après avoir été vacciné. "Je ne pense pas que la réflexion soit complètement aboutie ou ait évolué au point de pouvoir vous donner des informations précises à ce sujet, a-t-il déclaré. Ce que je peux dire, c’est qu’il y a une intention absolue de s’assurer que le programme de vaccination ait un suivi clair de qui le reçoit et quand il le reçoit".

Rachel Burden, la présentatrice de Radio 5 Live, a déclaré qu’elle n’avait jamais vu autant d’auditeurs poser des questions à un invité - même quand elle avait eu le Premier ministre en studio. 
Phuong Nga/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Bánh duc à la sauce de soja, un encas rustique mais délicieux

Ancienne cité impériale de Huê : une chute de 72,6% de son chiffre d’affaires en 2020 En raison de l’impact de la pandémie de COVID-19, le nombre de touristes dans l'ancienne cité impériale de Huê (Centre) en 2020 a fortement chuté, avec un million de touristes.