23/09/2020 11:17
L'Union européenne (UE) s'efforce de trouver des "solutions communes" face à la propagation de la pandémie de COVID-19 et d'harmoniser les critères sanitaires pour éviter de bloquer la libre circulation des personnes.

>>Coronavirus : le point sur la pandémie
>>L'UE négocie avec les groupes pharmaceutiques un vaccin contre le coronavirus
 

Le personnel médical met un équipement de protection avant de travailler à l’unité des patients infectés par le COVID-19 à l’hôpital Erasme de Bruxelles, le 27 mars.
Photo : AFP/VNA/CVN


"Nous devons trouver des solutions communes. Nous souhaitons une meilleure coordination des mesures sanitaires à l'échelle européenne et des recommandations vont être soumises aux États membres dès que possible", a assuré mardi 22 septembre le ministre d'État allemand des Affaires européennes Michael Roth a l'issue d'une réunion avec ses homologues à Bruxelles.

L'Allemagne préside les réunions ministérielles de l'UE jusqu'à la fin de l'année. "J'ai insisté aujourd'hui sur la nécessité d'une coordination sanitaire qui fait défaut en Europe", a pour sa part déclaré le secrétaire d'État Français Clément Beaune. "Lorsque la pandémie a éclaté, nous n'avions aucun plan. Ce fut l'improvisation la plus totale. La leçon que nous avons tirée de cette situation est l'attachement des citoyens à la libre circulation", a souligné Michael Roth.

"Tous les ministres se sont engagés en faveur de ce principe", a-t-il assuré. "Nous devons éviter les restrictions", a-t-il soutenu. Or les gouvernements continuent d'adopter des approches très différentes en matière de restrictions de voyage.

L'Allemagne a ainsi émis un avertissement aux voyageurs pour la capitale belge Bruxelles, siège des institutions de l'UE. La Hongrie a pour sa part interdit l'entrée sur son territoire à la plupart des autres citoyens de l'UE.

La Belgique est en revanche revenue mardi 22 septembre sur l'interdiction de voyager dans les pays européens classés en zone rouge par son ministère des Affaires étrangères. Elle sera remplacée à partir de vendredi18 septembre par des avis déconseillant "strictement" de voyager dans ces zones.

Les Européens ont par ailleurs accepté la constitution d'un stock de masques de protection dans le cadre du mécanisme de protection civile "rescUE". "Nous avons actuellement un million de masques FFP2 et FFP3 en réserve. Ils sont destinés aux personnels soignants, aux membres de la protection civile et aux forces de l'ordre et sont mis à disposition a titre gratuit", a précisé le commissaire chargé de la gestion des crises Janez Lenarcic.

"Mais les États membres doivent se doter de stocks nationaux. Les réserves de rescUE ne les exonèrent pas de cette obligation", a-t-il affirmé.  ''Les États membres sont actuellement mieux armés, mais il est possible qu'ils soient dépassés par les événements, surtout si le virus de la COVID-19 se conjugue avec la grippe saisonnière", a-t-il averti.

APS/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Gâteau phu thê, une friandise rustique irrésistible

Entre terre et mer, le marais de Chuôn À Phu An, une commune de la province de Thua Thiên-Huê, au Centre du Vietnam, s’étend jusqu’à l’horizon le marais de Chuôn, un lieu paisible en pleine nature.