02/06/2020 23:15
Le gouvernement de Singapour s'efforce de construire des logements supplémentaires pour environ 60.000 travailleurs migrants d'ici la fin de cette année, dans le cadre de ses efforts pour réduire la densité dans les dortoirs qui ont connu une propagation généralisée de l’épidémie de COVID-19.
>>Singapour annonce un quatrième plan de relance pour l'économie
>>Singapour abaisse ses prévisions de croissance économique pour la troisième fois
>>Singapour autorisera le transit de passagers à l’aéroport Changi début juin

Un dortoir pour des travailleurs migrants à Singapour. Photo : CTV/CVN

Singapour rénovera temporairement les installations publiques inutilisées, telles que anciennes écoles et usines, pour en faire des logements pour les travailleurs migrants.

À plus long terme, la cité-État prévoit de construire de nouveaux dortoirs permanents pouvant accueillir jusqu'à 100.000 travailleurs. La construction devrait prendre plusieurs années. Environ 11 dortoirs de ce type seront prêts au cours des un à deux ans à venir.

Le gouvernement envisage de construire et de louer des dortoirs, qui sont actuellement construits et exploités par des opérateurs commerciaux. Singapour est l'un des pays les plus durement touchés par le COVID-19 en Asie, avec 35.292 cas confirmés jusqu’au 1er juin, dont 90% de travailleurs étrangers.

La cité-État compte actuellement environ 323.000 travailleurs étrangers vivant dans 43 dortoirs et des centaines d'autres quartiers résidentiels. Lundi 1er juin, le vice-ministre singapourien des Finances, Indranee Rajah, a déclaré que Singapour devrait trouver des solutions pour réduire progressivement sa dépendance à l'égard des travailleurs étrangers après la pandémie de COVID-19, tout en favorisant l'automatisation de l'économie.

VNA/CVN


 

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Revivre les jeux de miniatures à Hô Chi Minh-Ville

Binh Liêu, écrin de nature dans la province de Quang Ninh Quand on évoque Quang Ninh, on pense généralement à la baie de Ha Long, à l’île de Cô Tô ou à la montagne de Yên Tu. Rares sont ceux qui connaissent Binh Liêu, une terre encore vierge et peu connue des touristes.