17/12/2021 22:43
Outre le renforcement de la couverture vaccinale et des injections supplémentaires pour les personnes à haut risque, le Vietnam ajuste un certain nombre de réglementations favorables pour l'enregistrement et la production de nouveaux médicaments pour traiter le COVID-19 dans le but de réduire le nombre de décès.
>>COVID-19 : le Vietnam enregistre 15.236 nouveaux cas en 24 heures
>>COVID-19 : le total s’élève à plus de 1,49 million de cas
>>COVID-19 : des hôpitaux centraux au Nord soutiennent les provinces du Sud

Dans un centre de traitement de patients de COVID-19 à Hô Chi Minh-Ville.

Selon l'estimation du ministre de la Santé, Nguyên Thanh Long, lors d’une réunion avec les provinces et villes le taux de mortalité a augmenté, le pays doit faire face à une augmentation des infections au COVID-19, car il y a encore des personnes qui ne respectent pas strictement les recommandations du secteur de la santé sur la prévention des épidémies. Si le nombre de cas infectés (F0) augmente, les patients sévères ainsi que le nombre de décès augmenteront également inévitablement.

Le ministre de la Santé a souligné que les localités doivent mettre en œuvre des mesures de prévention épidémique et mieux contrôler les zones évaluées de niveaux 3 et 4.

En particulier, les provinces et les villes doivent mener la campagne « Se rendre dans toutes les ruelles, frapper à la porte de chaque famille” pour établir la liste de vaccination des personnes âgées et des personnes souffrant de problèmes de santé sous-jacents.

Le vice-ministre de la Santé, Dô Xuân Tuyên, a estimé que la plupart des cas mortels de COVID-19 sont des personnes atteintes de maladies sous-jacentes, de maladies chroniques ou de cas de personnes âgées en mauvaise santé.

Concernant le traitement, afin de réduire les cas graves et les décès, les dirigeants du ministère de la Santé ont demandé aux localités de classer et traiter les patients sous la forme d’une pyramide à trois étages. En outre, il faudra mettre en place des postes médicaux et équipes médicales mobiles pour soigner les patients traités à domicile et pouvoir les transférer vers les hôpitaux le plus tôt possible en cas de gravité.

Selon Dao Xuân Co, le directeur exécutif adjoint de l'hôpital Bach Mai qui a offert son soutien à la province d'An Giang dans le traitement des cas de COVID-19, 75% des décès dans cette province étaient des cas non vaccinés. Le Service de santé local doit stimuler la vaccination le plus rapidement possible. Afin de réduire le taux de mortalité, An Giang doit classer les patients selon leur état de santé, réviser le système d'air comprimé dans tous les centres médicaux pour répondre au mieux aux besoins de traitement.

Médicament Molnupiravir

Le professeur Nguyên Gia Binh, chef d'équipe du traitement des patients sévères de COVID-19 (ministère de la Santé), a dit qu’outre les médicaments antiviraux, les F0 peuvent également nécessiter d’immunosuppresseurs, d’anticoagulants, d’antibiotiques et d’antifongiques. Les F0 porteurs de maladies respiratoires chroniques, de diabète ou de maladies cardiovasculaires nécessitent des médicaments spécialisés. Afin de réduire la mortalité, il est vital de suivre l'évolution des patients au cas par cas.

Selon le Département des sciences, de la technologie et de la formation (ministère de la Santé), au 12 décembre, 42 provinces et villes avaient reçu le médicament Molnupiravir pour le traitement d’un patient F0 léger à domicile. Particulièrement pour Hô Chi Minh-Ville, le ministère de la Santé a accordé le 7 décembre 25.000 doses supplémentaires de Molnupiravir, portant le nombre total de médicaments alloués à Hô Chi Minh-Ville à près de 100.000 doses.

À Hô Chi Minh-Ville, le programme d'utilisation contrôlée du Molnupiravir pour les cas non sévères de F0 à domicile est mis en œuvre depuis la mi-août 2021. Le médicament a des effets évidents sur la réduction de la charge virale, de la propagation, des transferts graves ainsi que sur le raccourcissement de la durée du traitement.

Le Vietnam a utilisé de nombreux médicaments dans les centres de traitement tels que : des médicaments qui inhibent la réplication du virus tels que le Remdesivir, le Favipiravir et autres médicaments antiviraux. Les médicaments à base de plantes et les médicaments traditionnels ont également été progressivement introduits dans le traitement.

À l’heure actuelle, il y a 10 sociétés pharmaceutiques nationales qui ont soumis une demande d'enregistrement de production du médicament Molnupiravir, avec une capacité estimée de 8 à 9 millions de doses par an.

Texte et photos : Thao Nguyên - Thanh Vu/CVN

 

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Croisière sur la baie de Ha Long avec des étudiants francophones

Saigontourist, principal artisan du Le président du Conseil des membres de Saigontourist, Pham Huy Binh, a demandé à ses cadres et employés de tout mettre en œuvre pour relancer l’industrie touristique et développer l’économie nationale.