24/03/2020 17:51
Si les masques deviennent des vedettes sur les réseaux sociaux et que les gens en parlent régulièrement dans le contexte de lutte contre la pandémie de coronavirus (COVID-19), d’autres préfèrent se replonger dans les livres.
>>Éducation : des solutions face au coronavirus
>>Le Vietnam gère d’une main de maître la lutte contre la pandémie

Giang Binh Truong, guide francophone proposant des ouvrages de référence sur son compte Facebook.
Giang Binh Truong, guide touristique francophone, a retrouvé le plaisir de lire pendant cette période de vacances forcées. D’habitude, elle publiait plutôt des photos avec ses clients dans le delta du Mékong, en croisière, dans les restaurants ou à l’hôtel.

Ces derniers jours, sur son compte Facebook, on la retrouve avec des livres. Elle est fière de retrouver des classiques comme Visage et images du Sud du Vietnam, d’A.M Savani, Iconographie historique de l’Indochine française, de Paul Boudet et André Masson, ou encore Bulletin de la Société des études Indo-chinoises de Saigon.

On a pu lire aussi sur son compte Facebook le 20 mars dernier "Merci mille fois à celui qui m’a offert +La tradition religieuse spirituelle et sociale au Vietnam +".

Vietnamienne francophone, elle a adopté illico le message du président de la République française : "Sauvez des vies, restez chez vous !". Son avatar, elle l’a modifié en peu pour convenir à sa volonté de se reposer un peu. "Je sauve des vies, je reste chez moi !", comme une réponse à l’appel, non seulement, du président français Emmanuel Macron, mais également à la recommandation de limiter ses déplacements du gouvernement vietnamien. "P.S: je veux me reposer !", son statut a ainsi été partagé par ses amis vietnamiens et français.

Apprendre une nouvelle langue étrangère

Pas mal de personnes qui sont "opportunistes" dans le bon sens profitent de ces "vacances non désirées" pour apprendre une nouvelle langue ou perfectionner celle qu’elles préfèrent. Elles sont optimistes et estiment que cette période de confinement leur apportera de quoi s’enrichir l’esprit.

Pham Minh Vy, jeune diplômée en sociologie de l’université des Sciences sociales et humaines de Hô Chi Minh-Ville, poursuit ainsi à plein régime ses études de français en matinée ou à midi. Elle a opté pour un cours de français en ligne vu tout le temps libre dont elle dispose désormais.

Minh Ngân et son statut "Apprendre l’anglais malgré le coronavirus".
"J’apprends le français d’abord pour découvrir la civilisation française. Puis je vais chercher un cursus post-universitaire en sociologie, en français aussi", partage Minh Vy. "En ce moment, je me consacre à mes études de français ! Quant au coronavirus, on attend tous une bonne nouvelle de la part des scientifiques et des autorités compétentes", a conclu la jeune diplômée.

Minh Ngân, de la province de Hai Duong (Nord), passionnée de langue anglaise, publie bon nombre de fiches d’apprentissage sur son compte Facebook. Sur son mur, elle a dressé une liste de pages d’apprentissage de l’anglais, avec de nombreuses expressions orales et écrites.

"Rien n’empêchera ma passion pour la langue anglaise", a-t-elle partagé. "Même à la maison, on peut créer un espace pour parler anglais avec des anglophones natifs", a précisé Minh Ngân en faisant référence à un site d’enseignement de l’anglais en ligne.

Texte et photos : Truong Giang/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Centre de l’information et de la bibliothèque Luong Dinh Cua

Une Le district montagneux de Huong Hoa, province de Quang Tri, au Centre, s’attèle à un projet de taille : devenir une terre de floriculture et attirer les touristes. Créer une "mini Dà Lat" en somme, un surnom dont on l’affuble déjà !