07/03/2020 20:40
L'Organisation des Nations unies (ONU) a demandé le 6 mars à neuf pays de différer de trois mois leurs rotations de Casques bleus dans le monde en raison de l'épidémie de COVID-19.
>>COVID-19 : l'aéroport de Cân Tho reçoit onze vols en provenance de République de Corée
>>Le Vietnam confirme le 18e cas d'infection au COVID-19
>>COVID-19 : Ne pas s'inquiéter mais prendre des précautions 

Il s’agit de la Chine, de la République de Corée, de la France, du Cambodge, de la Thaïlande, du Népal, de l’Inde, de l’Italie et de l’Allemagne.

Transport d'un patient du COVID-19 à un hôpital à Daegu, en République de Corée.
Photo : Xinhua/VNA/CVN 

"Il a été demandé à certains pays de retarder leurs rotations de trois mois afin que les missions de paix puissent se poursuivre au même niveau opérationnel", a-t-on indiqué au siège des Nations unies à New York.

Selon l'AFP, la situation des missions de paix est en constante évaluation, comme les rotations des militaires et policiers qui y participent. Une série de mesures ont été également prises pour assurer la sécurité et préserver la santé des Casques bleus tout en assurant la continuité des missions.

L'ONU emploie dans le monde environ 100.000 militaires et policiers dans une quinzaine de missions d'opérations de maintien de la paix.

VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
L’art au cœur du développement urbain de Hanoi