16/04/2020 22:29
Le réseau entier des cinémas dans le pays a fermé ses portes depuis 15 mars. Les films en cours de tournage ont été temporairement suspendus. Il n’est pas peu de dire que l'industrie cinématographique du pays a été gravement endommagée. Contrairement à d’autres secteurs, il sera plus difficile pour elle de s’en remettre une fois la crise de la pandémie de COVID-19 passée.
>>#restezchezvous : le cinéma français frappe à votre porte !
>>Coronavirus : les artistes vietnamiens sur le pied de guerre

Pulvérisation de désinfectant dans un complexe de cinéma.

''Les six prochains mois seront sans aucun doute les plus difficiles de l'histoire du cinéma. Même pendant la guerre on pouvait encore filmer et le public pouvait aller au cinéma, mais dans ce contexte de l'épidémie, nous ne pouvons que croiser les bras'', a dit Ngô Thi Bich Hanh, directrice générale adjointe de la Société d’exploitation cinématographique BHD.

Selon les statistiques de CGV, en mars 2019, le système cinématographique national a attiré 5 millions de visiteurs et a gagné des revenus s’élevant à 350 milliards de dôngs. Mais en mars 2020, ce chiffre ne comptait que 1 million de visiteurs et un chiffre d'affaires quant à lui, de 76 milliards de dôngs. Les producteurs ont tous déclaré qu'au cours des 6 prochains mois, les films vietnamiens se feraient sérieusement rares.

Difficultés accumulées

Ngô Thi Bich Hanh a également partagé que ''le théâtre continue de payer des coûts fixes mensuels à hauteurs de plusieurs dizaines de milliards de dôngs bien que les recettes soient nulles''. C’est ainsi que les difficultés s’accumulent.

Nguyên Thi Mai Hoa - directrice exécutive de la société par action Thiên Ngân (Galaxy) - a dit que la société devait encore dépenser 5 à 10 milliards de dôngs/mois pour payer les loyers du réseau entier des salles de cinéma, les salaires des personnels ainsi que de nombreux autres coûts. "Si l'épidémie se prolonge, nous n’aurons d’autres choix que de réduire la main-d'œuvre et maintenir les opérations à un niveau de coût minimum pour pouvoir survivre" - a expliqué Mme Mai Hoa.

Ngô Phuong Lan - présidente de l'Association vietnamienne de promotion et de développement du film - a déclaré : "Un certain nombre de studios de cinéma et d'entreprises cinématographiques domestiques nous ont fait part de leurs inquiétudes face à la situation actuelle. Certaines entreprises sont même au bord de la faillite''.

Avant l’apparition du COVID-19, les entreprises domestiques opérant dans le secteur du cinéma national ne représentaient environ que 30% des parts de marché, et rencontraient déjà certaines difficultés. Les entreprises étrangères au Vietnam dans ce secteur sont soutennu par une ressource financière importante des societes meres a l'etranger. Ainsi, ces  grands groupes peuvent venir en aide à leurs filiales afin de surmonter les difficultés dans ce contexte de pandémie. Ce qui est loin d’être le cas de la plupart de sociétés domestiques. Elles ne pourront pas se permettre de faire face à la crise du COVID-19 sur le long terme.

Texte et photo : Diêu Thuy-Ngoc Diêp/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
L’originalité des villages de broderie du Vietnam

Partons sur les sentiers du Vietnam avec Capannam ! Les merveilles du Vietnam s’appréhendent en douceur avec l’aide de tous nos passeurs. Ils font le lien, ils ouvrent des portes et des coffres remplis de trésor.