24/03/2020 15:32
Le dernier sport qui poursuivait sa saison en Australie, le football, a décidé mardi 24 mars de s'arrêter, ses dirigeants affirmant que jouer en pleine épidémie de coronavirus était "mission impossible".
>>Footballeurs confinés : déjà hors de forme ?
>>COVID-19 : les clubs de foot brésiliens prêtent leurs installations aux autorités

Le Bankwest Stadium à Sydney, le 21 mars. Photo : AFP/VNA/CVN

Ces deux derniers jours, le rugby à XIII et le sport le plus populaire du pays, le football australien (qui se joue avec les mains celui-là), avaient aussi suspendu la compétition. Le rugby, le cricket, le basket-ball et tous les autres sports collectifs l'avaient fait auparavant.

Il ne restait que cinq journées dans le championnat de football, dont l'élite (A-League) compte 11 équipes, dont une néo-zélandaise, Wellington.

Et le huis clos du week-end dernier n'a pas suffi : les restrictions imposées aux déplacements empêchent maintenant la tenue des matches, sans compter que deux équipes sont en quarantaine.

"Pour une compétition nationale qui se déroule dans presque toutes les régions d'Australie, une compétition qui se déroule aussi en Nouvelle-Zélande, une mission complexe s'est transformée en mission impossible", a déclaré le président de la Fédération australienne de football James Johnson lors d'une conférence de presse à Sydney.

Mais "ce sport y survivra, j'en suis absolument sûr", a-t-il ajouté.

L'Australie recense 1.800 cas de coronavirus pour sept décès, en immense majorité dans ses grandes villes. Elle a interdit l'entrée à tout étranger non résident, et impose des restrictions strictes aux déplacements à l'intérieur du pays.

AFP/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Vivre vert, nouveau mode de vie chez les jeunes Vietnamiens

Le tourisme vietnamien en bonne posture sur son marché national Depuis que la pandémie de COVID-19 a été maîtrisée au Vietnam, le secteur du tourisme, qui a été gravement touché par l’épidémie, a pris des mesures pour se relancer, dans un premier temps, sur le marché intérieur.