18/06/2021 18:01
>>Le Danemark renonce définitivement au vaccin AstraZeneca
>>Le Danemark mène un "test de tension" national des capacités de vaccination

Les adolescents danois de 12 à 15 ans auront bientôt la possibilité de se faire vacciner volontairement contre la COVID-19, "probablement" à partir de septembre prochain, a annoncé Soren Brostrom, directeur général de l'Autorité sanitaire danoise, lors d'une conférence de presse organisée à Copenhague jeudi 17 juin. "En septembre, nous finirons de proposer les vaccins contre la COVID-19 à toutes les personnes âgées de plus de 16 ans. Cependant, nous avons besoin d'une plus grande immunité de la population. C'est pourquoi nous proposerons le vaccin aux jeunes de 12 à 15 ans. Cela nous aidera à maintenir le contrôle de l'épidémie pendant l'hiver", a déclaré M. Brostrom. Selon le directeur, l'autorité sanitaire consultera les expériences internationales et les données de sécurité sur la vaccination des enfants et des jeunes avant le déploiement. La décision d'autoriser la vaccination des jeunes de 12 à 15 ans au Danemark a été grandement facilitée par l'approbation du vaccin contre la COVID-19 de Pfizer/BioNTech pour les enfants de 12 ans et plus par l'Agence européenne des médicaments (EMA) en mai. Le Statens Serum Institute (SSI), l'agence des maladies infectieuses du pays, a enregistré 331 nouvelles infections par le coronavirus et un décès au cours des dernières 24 heures, portant les totaux nationaux à 291.017 cas et 2.528 décès. Le SSI a indiqué jeudi 17 juin que 49,5% de la population danoise, soit près de 2.900.000 personnes, avaient déjà reçu au moins une dose de vaccin. Parmi elles, environ 1.570.000, soit 26,9%, sont entièrement vaccinées.

Xinhua/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Découvrez le monde des crayons de couleur à Hanoï

Quel visage aura le tourisme francophone au Vietnam après le COVID-19 ? L’activité touristique au Vietnam a été anéantie par la pandémie de COVID-19. Pour la deuxième année consécutive, les professionnels du tourisme francophones continuent à naviguer à vue en espérant un retour aux affaires après la crise.