01/07/2021 11:44
Le vaccin développé par le laboratoire allemand CureVac n'est efficace qu'à 48% pour prévenir le COVID-19, un taux bien plus faible que les autres vaccins à ARN messager déjà approuvés, selon des résultats complets d'un essai clinique à grande échelle, a annoncé la société mercredi 30 juin.

>>Le vaccin antiCOVID d'AstraZeneca fabriqué en Inde n'est pas reconnu par l'UE
>>Paris fait tomber le masque, Moscou contraint à la vaccination


Recherche sur un vaccin contre le COVID-19 au laboratoire de la société biopharmaceutique CureVac à Tuebingen, en Allemagne, le 12 mars 2020.
Photo : Reuters/VNA/CVN


Chez les participants à l'essai, "le candidat-vaccin CVnCoV a démontré une efficacité globale de 48% (83 cas dans le groupe vacciné, 145 dans le groupe placebo) contre la maladie COVID-19, quelle que soit sa gravité", a indiqué dans un communiqué le laboratoire, qui a signé un important contrat de commande avec l'Union européenne.

Ce résultat était prévisible après la publication mi-juin d'analyses intermédiaires décevantes des essais cliniques de ce vaccin attendu. Le laboratoire avait mis en cause la diffusion rapide des nouveaux variants. CureVac indique que la performance de son produit est légèrement meilleure dans la tranche d'âge des 18-60 ans, où l'efficacité atteint 53%. 

Au sein de ce groupe, l'effet protecteur contre les formes modérées et graves de la maladie atteint 77 % et il est de 100% dans la prévention des hospitalisations et des décès, selon le communiqué.

En revanche, "chez les participants âgés de plus de 60 ans, représentant 9% des cas étudiés, les données disponibles n'ont pas permis de déterminer l'efficacité de manière statistiquement claire". Malgré ce résultat en demi-teinte, CureVac se dit convaincu que son candidat vaccin "apporte une contribution précieuse à la santé publique en protégeant totalement les participants à l'étude âgés de 18 à 60 ans contre l'hospitalisation ou le décès, et avec un taux d'efficacité de 77% contre la progression modérée et grave de la maladie", selon son PDG Franz-Werner Haas, cité dans le communiqué.

"Nous pensons que ce profil d'efficacité représente une contribution importante à la gestion de la pandémie de COVID-19 et à la gestion de la propagation dynamique des variants", ajoute-t-il. Il revient à présent à l'Agence européenne des médicaments (EMA), qui a déjà engagé une procédure d'examen en continu du vaccin, de donner son feu vert ou non à sa mise sur le marché. 

La Commission européenne a signé avec la biotech un contrat portant sur l'achat de 405 millions de doses. Les vaccins BioNTech/Pfizer et Moderna, également basés sur le principe de l'ARN messager, ont démontré une efficacité d'environ 95%.

Celle des vaccins AstraZeneca et Johnson et Johnson se situe entre 60 et 70%. CureVac avait été parmi les premiers à se lancer dans la course au vaccin et espérait encore il y a peu mettre sur le marché un sérum performant en mai de cette année. 

Le laboratoire a mené la phase finale de ses essais sur environ 40.000 volontaires en Europe et en Amérique latine. Ses responsables avait expliqué en juin avoir dû affronter "un virus différent" des concurrents en raison de la "grande diversité de mutations" présentes lorsqu'a commencé la phase d'essais en décembre. Parmi les cas séquencés lors de l'étude, des variants dits "préoccupants" ont été repérés chez plus de la moitié des patients.


APS/VNA/CVN

 

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Découvrez le monde des crayons de couleur à Hanoï

L'île de Phu Quôc accueillera-t-elle des visiteurs étrangers à partir d'octobre ? Le secteur touristique consulte actuellement ministères et services concernés à propos du processus et plan pilote pour l'accueil des voyageurs internationaux sur l'île de Phu Quôc, province de Kiên Giang (Sud), pendant six mois, à partir d'octobre prochain.