31/03/2020 11:27
Hô Chi Minh-Ville dépensera cette année la moitié des revenus supplémentaires des cadres et des fonctionnaires pour soutenir 600.000 employés qui ont perdu leur emploi à cause de l’épidémie de COVID-19, chacun un million de dôngs par mois.
>>COVID-19 : bientôt un site web national sur l’emploi
>>Soutenir les chômeurs touchés par l'épidémie de COVID-19

Dans une usine de production des vêtements de Gilimex au Sud.
 Photo : Thanh Vu/VNA/CVN

Lors d'une réunion du Comité de pilotage de la prévention et de la lutte contre l'épidémie de COVID-19 de la ville, le secrétaire du Comité du Parti de Hô Chi Minh-Ville, Nguyên Thiên Nhân, a fait savoir que l’épidémie avait causé le licenciement d'environ 600.000 travailleurs qui se retrouvent sans aucun revenu. Par conséquent, la ville dépensera cette année la moitié des revenus supplémentaires des cadres et fonctionnaires pour les soutenir.

"En ces temps difficiles, tout le monde devra vivre plus simplement pour ne pas propager la maladie à d'autres, vivre plus économiquement pour aider de nombreuses personnes", a appelé Nguyên Thiên Nhân.

En appliquant la résolution 54 de l'Assemblée nationale sur les mécanismes et politiques spécifiques pour Hô Chi Minh-Ville, le Conseil populaire de la ville a émis la résolution 03 sur l’augmentation des revenus sur ses cadres, fonctionnaires. En 2019, Hô Chi Minh-Ville avait dépensé environ 7.200 milliards de dôngs de revenus supplémentaires pour 130.000 cadres et fonctionnaires.

En ce qui concerne les entreprises du secteur manufacturier, Nguyên Thiên Nhân a demandé aux autorités municipales de travailler avec les entreprises pour l’arrêt ou non de leurs activités dans les deux semaines à venir. "À l’exception du secteur alimentaire qui doit maintenir sa production", a-t-il déclaré.

CPV/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
L’originalité des villages de broderie du Vietnam

Délivrance de l’e-visa aux citoyens de 80 pays Le gouvernement vietnamien a promulgué la Résolution N°79 modifiant la liste des pays dont les citoyens sont admissibles à une demande du visa électronique et celle des points de passage aux frontières autorisant l’application de ce type de visa.