27/06/2019 18:06
La sénatrice progressiste Elizabeth Warren a assis mercredi soir 26 juin sa stature de prétendante sérieuse à la Maison Blanche lors d'un premier débat démocrate marqué par la crise migratoire et la solide performance de plusieurs "petits" candidats.
>>Se posant en rempart contre Trump, Biden brigue la Maison Blanche
>>Avec une foule de candidats, la route vers la Maison Blanche prend des détours inédits
>>Une candidate démocrate américaine veut affaiblir les géants de la "tech"

De gauche à droite: les candidats démocrates Cory Booker, Elizabeth Warren et Beto O'Rourke, le 26 juin à Miami. Photo: AFP/VNA/CVN

Dix démocrates étaient pour la première fois réunis sur un plateau de télévision à Miami, grande ville de Floride, un État clé dans les élections américaines. Jeudi soir 27 juin, avec une affiche nettement relevée, ce sera au tour du second groupe de prétendants à la Maison Blanche d'entrer en scène. Les deux meneurs dans les sondages - l'ancien vice-président centriste Joe Biden et le socialiste Bernie Sanders - croiseront le fer avec deux étoiles montantes du peloton de tête - la sénatrice Kamala Harris et le jeune maire Pete Buttigieg - ainsi que six autres candidats.

Pourfendeuse de Wall Street âgée de 70 ans, c'est armée d'un programme déjà très étoffé qu'Elizabeth Warren a grimpé à la troisième place des sondages pour l'investiture démocrate ces dernières semaines. Ses propositions détaillées sur un vaste éventail de sujets sont même devenues objet de plaisanterie, sa phrase préférée en meeting - "j'ai un projet pour cela" - étant devenue un classique de ce début de campagne. Bénéficiant de ne pas avoir à partager le plateau avec son rival direct Bernie Sanders, elle a dénoncé "une économie qui marche parfaitement pour ceux qui ont de l'argent mais pas pour les autres".

AFP/VNA/CVN

 

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Découvrir les secrets de fabrication des gâteaux de lune

Des évolutions sur la carte des voyages en Asie Beaucoup de touristes sud-coréens et chinois abandonnent de plus en plus leurs destinations préférées d'auparavant telles que le Japon et Hong Kong (Chine) pour se tourner vers les pays d'Asie du Sud-Est.