25/05/2019 07:42
Depuis 17 ans, Thich Nu Duc Thinh, bonzesse en charge de la pagode Long Cat, dans la province de Ninh Thuân, offre des cours gratuits aux enfants démunis de la localité. Elle souhaite leur offrir un avenir meilleur.
>>Mois d'action pour les enfants 2019: œuvrer ensemble en faveur des petits démunis
>>Espelune, lueur d’espoir pour les enfants défavorisés

La bonzesse Thich Nu Duc Thinh et des élèves à la pagode Long Cat.
Photo: Nguyên Thành/VNA/CVN

Lorsque le soleil commence à se coucher, de nombreux parents de l’ethnie Raglai, dans la commune de Công Hai, district de Thuân Bac, province de Ninh Thuân (Centre méridionnal), emmènent leurs enfants à une classe gratuite, organisée à la pagode Long Cat.

Comme d’habitude, chaque lundi, mardi et jeudi soir, Kator Thi Sanh, domiciliée dans la commune de Công Hai, y conduit son fils Kator Hoàng Khuong, 10 ans. Analphabètes et dans une situation économique difficile, son mari et elle ne peuvent pas aider leur enfant dans ses études. "Mon fils, en 4e classe, a du mal à suivre à l’école et nous l’avons envoyé à ce cours gratuit pour qu’il puisse s’améliorer", confie Mme Sanh.

Kator Thi Hiêm, 11 ans, élève de 5e classe, a une autre histoire à raconter. "Après avoir terminé la première classe, en raison du manque d’argent pour continuer à étudier,  j’ai dû abandonner l’école pour aider ma famille. Chaque matin, j’emmène les vaches dans les champs, puis les ramène l’après-midi avant d’aller prendre des cours à la pagode. Ici, les religieux nous donnent un repas avant les cours ainsi que des uniformes et  des outils d’apprentissage. Tous les enseignants  bénévoles sont enthousiastes et très gentils", fait savoir Hiêm.

Des enseignants dévoués

Nguyên Thi My Linh est l’une des enseignantes dévouées à ces démunis. Elle indique que la classe est réservée essentiellement aux enfants de l’ethnie Raglai, issus de familles pauvres et qui n’ont pas l’occasion d’aller à l’école. Il y a des enfants qui ne savent ni lire, ni même parler le vietnamien même à l’âge de 15 ans.

"C’est la troisième année que je travaille ici. Pourtant, je ne peux jamais me reposer sur l’habitude. À chaque cours, je dois étudier la capacité d’études de chaque élève pour pouvoir adapter mon enseig-nement à chacun. Je souhaite rendre les choses plus faciles à comprendre pour eux", déclare Mme Linh.

Selon la bonzesse en charge de la pagode Long Cat, Thich Nu Duc Thinh, c’est en constatant le grand nombre d’habitants analphabètes que la pagode a ouvert des cours gratuits en leur faveur. Ensuite, la pagode s’est mobilisée pour construire certaines salles de classe réservées aux enfants et a invité des instituteurs d’écoles locales à venir y enseigner. Chaque année, des centaines d’enfants locaux en bénéficient.

"Notre travail est basé sur le slogan +Si tu donnes un poisson à un homme, il se nourrit une fois. Si tu lui apprends à pêcher, il se nourrira toute sa vie+. C’est pourquoi, nous créons ces cours à long terme pour que les enfants puissent apprendre à lire, à écrire et à calculer et que, lorsqu’ils seront plus grands, ils aient un avenir meilleur", partage la bonzesse Thich Nu Duc Thinh. Avant d’ajouter: "Avant de commencer la classe, les élèves bénéficient d’un dîner ou d’un bol de nouilles instantanées. Ils reçoivent également des livres, des stylos et des uniformes. Lors des occasions spéciales comme la Fête traditionnelle, la pagode distribue également des vêtements et des chaussures pour les aider à réduire les dépenses au strict minimum".

Pour l’année scolaire 2018-2019, il y a plus de 100 élèves inscrits de la 1re à la 5re classe. Les cours ont lieu de 17h30 à 19h30 chaque lundi, mardi et jeudi. Tous les enseignants so nt des volontaires venus de l’École primaire de la commune de Công Hai.

En dehors de l’enseignement des mathématiques et du vietnamien, les enseignants doivent inculquer aux élèves d’autres connaissances sur la vie. Si un élève est absent, la bonzesse Thịnh et d’autres enseignants se déplaceront sur place pour l’encourager à aller à l’école.

Conditions favorables aux activités caritatives

Remise des cadeaux à des enfants démunis à la pagode Long Cat.
Photo: NT/CVN

Mai Duy Bàng, président du Comité populaire de la commune de Công Hai, précise que ces dernières années, la pagode Long Cat a contribué activement aux activités de lutte contre l’analphabétisme en faveur des enfants en situation difficile. Grâce aux dévouements des enseignants, les élèves progressent et, parmi eux, beaucoup peuvent continuer leurs études dans les lycées locaux. À côté de ces classes, la pagode a ouvert une salle de consultations médicales gratuites, qui fonctionne depuis six ans.

Les autorités locales sont attentives à toujours mettre en œuvre des conditions favorables aux activités caritatives de la pagode Long Cat et souhaitent que les organisations et individus apportent leur aide aux personnes dans le besoin.
 
Huong Linh/CVN



 
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
La France aide Lilama 2 pour la formation professionnelle

Un village montagnard et ses bambous géants à Quang Nam Nichée sur la montagne de Ngok Cung, province de Quang Nam, la "gigantesque bambouseraie" ne s’est faite connaître que ces derniers temps. Un petit miracle bien défendu par les autochtones.