15/09/2015 14:44
Afin d’aider les étrangers à apprendre le vietnamien et à se familiariser avec la culture du pays, de nombreux cours gratuits sont organisés. Notamment à Dà Nang (Centre) et à Hô Chi Minh-Ville (Sud).

>>Le vietnamien, pour le pire et le meilleur
>>A, ă, â … Le vietnamien enseigné aux États-Unis !
>>Apprendre à... enseigner le vietnamien aux États-Unis

Fondé en novembre 2014, le groupe Teach Vietnamese, composé de six membres passionnés par les technologies de l’information, enseigne le vietnamien aux étrangers à Dà Nang et à Hôi An (province de Quang Nam, Centre). Sans demander de compensation financière. Tous le font à côté de leur travail. Le groupe est présidé par Mai Thi Hông My, 24 ans, employée de la Société de programmation AsNET.
 

Lors d’un cours entre Hông My et David Clary.
Photo : TP/CVN


Hông My donne des cours depuis deux mois à David Clary, 49 ans, professeur d’anglais arrivé fin mars dernier à Dà Nang. «J’ai démissionné de mon travail, aux États-Unis, pour faire le tour du monde. J’ai posé mes valises à Dà Nang, où je travaille dans un centre de formation d’anglais. Je souhaite apprendre le vietnamien pour mieux comprendre la méthode d’enseignement locale et communiquer avec mes élèves», confie David Clary. Et d’ajouter : «Apprendre le vietnamien n’est pas facile. En anglais, les sons "kh" et "th" n’existent pas. Lier les mots pour faire une phrase qui a du sens n’est pas non plus aisé. Sans compter que les accents sont différents dans chaque région. Si les Vietnamiens parlent vite, je ne comprends rien». L’Américain a appris l’existence du groupe Teach Vietnamese au travers de la communauté des étrangers de Dà Nang et de Hôi An.

D’après Mai Thi Hông My, ces cours de vietnamien gratuits ont un double intérêt. L’enseignant peut, d’un côté, parfaire son anglais et, de l’autre, l’élève apprend à parler et à lire le vietnamien. À noter qu’après les séances, ils cuisinent parfois ensemble, à la vietnamienne.

I love Vietnamese dans le Sud

Tô Hoài Quynh Châu, 24 ans, qui travaille pour l’Association des entreprises de Singapour à Hô Chi Minh-Ville, a pour sa part lancé le projet I love Vietnamese, alors qu’elle était étudiante à l’Université des sciences sociales et humaines de Hô Chi Minh-Ville. «Mon projet vise à mettre en avant la langue et la culture du Vietnam dans le monde. Il aide aussi les jeunes vietnamiens à gagner en expérience professionnelle», partage-t-elle.
 

Tô Hoài Quynh Châu (3e à gauche) avec ses apprenants étrangers.
Photo : TP/CVN


Stephanie, sa cousine résidant en Grande-Bretagne, l’a aidée à faire connaître son initiative en postant une annonce sur le site expatblog. Depuis lors, beaucoup d’étrangers contactent Quynh Châu. Pour faire face à l’afflux de demande, elle s’est entourée de volontaires. Aujourd’hui, des centaines enseignent leur langue maternelle gratuitement. Quelque 300 apprenants étrangers ont déjà terminé leur formation, avec mention bien.                        

«Le lieu des cours n’est pas fixe. Ils se déroulent soit dans un café, soit au parc», décrit Tô Hoài Quynh Châu. Et de conclure : «+I love Vietnamese+ est devenu une passerelle entre les jeunes, vietnamiens et étrangers. Plus que l’apprentissage d’une langue, il s’agit d’un échange culturel».
 

Quê Anh/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Un plan quadriennal pour élargir le public francophone

Tourisme fluvial : la Colombie veut acquérir des expériences de Can Tho La Colombie souhaite coopérer avec la ville de Cân Tho dans le développement du tourisme fluvial dont le modèle de marché flottant de Cai Rang. C’est ce qu’a exprimé Claudia Liliana Zambrano Naranjo, chargé d’affaires de la Colombie au Vietnam, mercredi 22 novembre dans la ville.