26/05/2015 23:56
Les résultats obtenus par le projet d’enseignement à domicile pour les enfants handicapés, déployé depuis deux ans dans le district de Ba Vi, à Hanoi, sont encourageants. Le projet est financé par l’organisation humanitaire américaine Catholic Relief Services (CRS).
>>Un centre qui redonne de l’espoir aux handicapés
>>Faciliter l’accès des personnes handicapées à la formation

Le projet d’enseignement à domicile pour les enfants handicapés a été mis en place il y a plus de deux ans dans cinq communes, Phu Cuong, Tan Hông, Dông Quang, Dông Thai et Minh Châu, du district de Ba Vi. Chaque enfant bénéficie de deux cours par semaine. Ils sont assurés par des enseignants des écoles primaires dans ces cinq communes. Le programme est financé par l’organisation humanitaire américaine Catholic Relief Services (CRS).
 
L'enseignante Nguyên Thi Lan Phuong et son élève Trân Thi Anh Ngoc.
Photo : Thanhniênonline/CVN


Aînée d’une famille de trois enfants, Trân Thi Anh Ngoc, 8 ans, habite dans le hameau de Dông Bang, commune de Dông Thai. Atteinte d’encéphalopathie, Anh Ngoc ne peut pas s’occuper d’elle-même. Ses proches l’aident dans toutes ses activités quotidiennes. Comme elle ne pouvait pas aller à l’école, elle était analphabète. 

«Au début, nous doutions qu’Anh Ngoc puisse apprendre», confie Nguyên Thi Sen, sa maman. Nguyên Thi Lan Phuong, enseignante de l’École primaire de Dông Thai, était aussi inquiète. «Anh Ngoc ne peut pas s’asseoir ou tenir des objets. Je me demandais comment elle ferait pour apprendre», souligne-t-elle.

Mais après quelques mois de cours, Anh Ngoc peut désormais compter de 1 à 10. Elle a appris l’alphabet et effectue des calculs simples. «La capacité d’expressions d’Anh Ngoc est limitée. Pourtant, elle apprend vite. Elle est la plus douée des cinq enfants handicapés auxquels je donne des cours», affirme Nguyên Thi Lan Phuong.

Programme étendu à d’autres familles

Dang Xuân Công (16 ans) et Dang Thi Hông (14 ans) habitent dans le même hameau. Après la mort de leur père, leur mère a quitté la maison. Ils ont donc été élevés par leur grand-mère. Tous les deux sont atteints par des troubles mentaux et ne vont pas à l’école. Grâce aux cours à domicile, Dang Xuân Công a appris l’alphabet et peut maintenant écrire son nom. Dang Thi Hông montre aussi de l’intérêt pour se former.

Ces trois jeunes font partie des onze qui bénéficient du projet de l’organisation CRS. Durant ces cours particuliers, la patience des enseignants est mise à rude épreuve. Ils doivent également faire preuve de ténacité et jouer le rôle d’amis et de proches pour être à l’écoute des enfants. 

«Les représentants de l’organisation CRS apprécient les progrès des enfants. Grâce aux cours à domicile, ils ne sont plus analphabètes», affirme Dào Van Tuân, président de l’Association des handicapés du district de Ba Vi. À l’avenir, le projet de cours à domicile pour les enfants handicapés sera étendu à d’autres communes. D’autre part, les familles bénéficieront d’aides financières».

 

Vân Anh/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Bravo aux lauréats du concours «Jeunes Reporters Francophones»

La pagode de Long Tiên, une destination incontournable Long Tiên, qui se trouve dans la rue éponyme, au pied de la montagne Bài Tho (Poème), est la plus grande pagode de la ville de Ha Long, province de Quang Ninh (Nord).