31/10/2018 18:42
Nantes a créé une petite sensation en écartant (3-0) Montpellier, équipe surprise de ce début de saison, mardi 30 octobre au stade de la Mosson en ouverture des 16es de finale de la Coupe de la Ligue.
>>Coupe de la Ligue : vainqueur de Montpellier, Monaco s'offre une revanche
>>Paris bat Rennes en demi-finales et visera la passe de cinq

L'attaquant malien de Nantes Kalifa Coulibaly (centre) buteur lors de la victoire 3-0 à Montpellier en ouverture des 16es de finale de la Coupe de la Ligue.
Photo: AFP/VNA/CVN

Nantes, sous l'impulsion de "Coach-Vahid" intronisé le 2 octobre, retrouve des couleurs. Après ses deux succès en championnat devant Toulouse (4-0) et à Amiens (2-1), qui l'ont ramené à la 13e place, il confirme son redressement avec cette qualification logique, obtenue grâce à trois buts de ses attaquants Kalifa Coulibaly (58), Majeed Waris (80) et Emiliano Sala (90+3). "C'est un bel exploit. C'est une victoire logique devant une équipe qui a fait de supers résultats ces derniers temps", savourait Vahid Halilhodzic, l'entraîneur nantais.

Un sursaut qui tombe au bon moment. Les Nantais vont aborder dans une relative confiance les deux prochains derbys bretons en Ligue 1, dimanche 4 octobre face à Guingamp, lanterne rouge, puis le 11 novembre à Rennes.

En pleine euphorie depuis la mi-septembre, Montpellier, classé à la troisième place de L1, connaît un coup d'arrêt. L'équipe de Michel Der Zakarian n'avait plus perdu depuis l'ouverture de la saison face à Dijon (2-1).

Pedro Mendes ratera l'OM

Même si Der Zakarian avait laissé sur le banc de touche huit titulaires, cette élimination contrarie les plans de Montpellier avant le sommet face à l'OM dimanche 4 novembre à la Mosson. Et pour cause, le défenseur international portugais Pedro Mendes, coupable d'une gifle sur Andrei Girotto, a été expulsé à un quart d'heure de la fin (74) et sera suspendu. "C'est une très mauvaise soirée. On a manqué notre match. L'expulsion de Pedro Mendes fait partie de cette très mauvaise soirée", regrette Michel Der Zakarian.

Les Nantais ont trouvé l'ouverture dans cette rencontre ennuyeuse et bridée peu avant l'heure de jeu. À la suite d'une action bien construite, le latéral gauche Charles Traoré centrait pour le géant malien Kalifa Coulibaly, dont la reprise de tête croisée surprenait le jeune gardien Dimitry Bertaud. "On a fait une meilleure seconde période. À chaque fois que nous avons enchaîné des passes rapides, on a créé un mouvement intéressant pour marquer", relève Halilhodzic.

L'entraîneur de Nantes Vahid Halilhodzic lors de la victoire à Montpellier 3-0 en 16es de finale de Coupe de la Ligue le 30 octobre.
Photo: AFP/VNA/CVN

Dans la foulée, le gardien nantais Maxime Dupé, titularisé aux dépens de Ciprian Tatarusanu blessé, réalisait deux arrêts sur une reprise de l'attaquant sénégalais Souleymane Camara (59) et une tête du défenseur brésilien Vitorino Hilton (60).

À dix minutes de la fin, l'attaquant ghanéen Majeed Waris, servi en profondeur par Valentin Rongier entré en cours de jeu, ajoutait un deuxième but. Il avait été le seul jusque-là à perturber la défense héraultaise, obligeant le jeune gardien Dimitry Bertaud à deux arrêts (14, 43).

Dans le temps additionnel, suite à une faute de Daniel Congré sur Abdoulaye Touré, Emiliano Sala corsait l'addition sur un penalty transformé en deux temps. De quoi donner de beaux espoirs aux Canaris: "La Coupe de la Ligue, c'est l'histoire d'une équipe qui a une ambition, une volonté et une détermination. Avec quatre matches, vous pouvez jouer une finale à Paris, c'est un événement", abonde Halilhodzic.

AFP/VNA/CVN

 
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Une journée au Musée des vestiges deguerre à Hô Chi Minh-Ville

Capturer de beaux moments avec les marguerites Daisy de Hanoï Entre la mi-novembre et la mi-décembre, quand Hanoï ressent les premiers vents hivernaux, c’est la pleine saison des marguerites Daisy (Astéracées). En cette période, ce serait une faute de goût de ne pas acheter un bouquet. Mais pour une expérience plus romantique, rien ne vaut une balade dans un champ de fleurs en banlieue.