20/07/2020 23:28
Chelsea était trop fort : les Blues ont dominé sans frayeur Manchester United (3-1) dimanche 19 juillet en demi-finale de la Coupe d'Angleterre, et rejoignent Arsenal, vainqueur de Manchester City la veille, pour une finale 100% londonienne.
>>Arsenal sort Manchester City, Arteta plus fort que Guardiola
>>Angleterre : sprint final à suspense pour la 3e place et la C1
>>Angleterre : Chelsea bat Norwich et préserve son podium

Le défenseur de Manchester United, Eric Bailly, touché à la tête contre Chelsea en demi-finale de Coupe d'Angleterre, le 19 juillet au stade de Wembley à Londres. Photo : AFP/VNA/CVN

Les hommes de Frank Lampard prennent parallèlement l'ascendant psychologique sur les Red Devils, leurs principaux adversaires dans la course à la 3e place en championnat, qui n'avaient plus perdu depuis janvier. Les deux formations se sont présentées avec deux schémas plutôt défensifs, avec une ligne arrière à trois.

Le plus frileux a été l'entraîneur de Manchester United Ole Gunnar Solksjaer, qui a laissé Pogba, Martial et Greenwood sur le banc, et choisi sept joueurs à vocation défensive, une équipe quasiment identique à celle qui était allée l'emporter 2-0 à Stamford Bridge en championnat en février. Le message était clair : priorité au championnat, où la qualification en C1 est à portée de main.

Mais le manque d'ambition offensive du coach norvégien s'est fait ressentir dans l'expression collective des Mancuniens, encore plus apathiques que leurs voisins de Manchester City, la veille au même endroit, face à Arsenal (0-2). Et le système ne les a pas forcément sécurisés défensivement, à l'image d'une tête de Marcos Alonso au-dessus (15e) et d'une tête de Zouma, hors cadre (39e). La toute première occasion mancunienne n'est intervenue qu'à la demi-heure de jeu, avec un coup franc de Bruno Fernandes repoussé par Caballero (32e).

Évacuation sur civière de Bailly

Sans livrer une performance de haut rang, Chelsea a logiquement ouvert le score au bout du temps additionnel (45e+11) par Olivier Giroud, suite à une série de longs arrêts de jeu pour des blessures, notamment une évacuation sur civière d'Eric Bailly, touché à la tête après un choc avec son coéquipier Harry Maguire.

Le milieu de Chelsea Mason Mount (gauche) vient de tromper le gardien espagnol de Manchester United David de Gea en demi-finale de Coupe d'Angleterre, le 19 juillet au stade de Wembley à Londres.
Photo : AFP/VNA/CVN

Giroud, impeccable depuis la reprise du championnat mi-juin (cinq buts marqués sur ses six dernières titularisations), a parfaitement dévié dans le but un centre d'Azpilicueta. Le K.O. est venu dès la première minute de la seconde période, sur un tir à raz de terre-plein axe de Mount aux dix-huit mètres, très mal apprécié par De Gea (46e, 2-0)

Manchester United a essayé d'accélérer le rythme et de mettre plus de mouvement, notamment par une percée de Rashford jusque dans la surface de réparation (52e), mais l'international anglais a trop croisé son tir. Les entrées de Pogba et Greenword à la place de Fred et Daniel James, tous deux hors-sujet, n'ont pas apporté la qualité escomptée. C'est même Chelsea qui s'est, encore, montré le plus dangereux, via Mount (57e), Giroud (59e), puis Rudiger, qui a mis Maguire sous pression et entraîné un but contre son camp (74e, 3-0).

Un penalty de Bruno Fernandes a rendu cette défaite un peu moins salée (85e, 3-1) pour les Mancuniens. Une défaite qui n'est toutefois pas anodine, puisque Manchester United restait sur 14 victoires et cinq nuls depuis sa défaite surprise contre Burnley (2-0) en janvier. À deux journées de la fin du championnat, avantage Chelsea.

AFP/VNA/CVN


 

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Une expérience inoubliable pour les étudiants francophones au Vietnam

L'île de Phu Quôc développe une agriculture écologique liée au tourisme Le district insulaire de Phu Quôc, province de Kiên Giang (Sud), est déterminé à développer un modèle de production agricole écologique associé aux services et au tourisme afin de créer plus de produits touristiques d'ici 2025 et à l'horizon 2030.