12/04/2014 17:16
L’affaire a fait grand bruit au Vietnam. Plusieurs disciplines dites «cibles» du pays comme lutte, haltérophilie, karaté, football féminin ne figureront pas aux 28es Jeux sportifs d’Asie du Sud-Est (SEA Games 28), en 2015 à Singapour.
Avec la suppression de la lutte, le Vietnam voit s’envoler de nombreuses chances de médailles. Photo : Quang Nhut/VNA/CVN


L’affaire a fait grand bruit au Vietnam. Plusieurs disciplines dites «cibles» du pays comme lutte, haltérophilie, karaté, football féminin ne figureront pas aux 28es Jeux sportifs d’Asie du Sud-Est (SEA Games 28), en 2015 à Singapour.

Le calendrier des compétitions des SEA Games 28 a été approuvé en principe lors d’une récente réunion du Conseil de la Fédération des jeux d’Asie du Sud-Est (SEAGF) organisée à Singapour. Outre les 30 disciplines adoptées lors de sa réunion en décembre 2013, le SEAGF a décidé d’en inclure six nouvelles au programme de la prochaine édition, ce qui portera donc nombre à 36, avec 381 épreuves disputées. Trente-six disciplines, c’est deux de plus que lors de la 27e édition au Myanmar, même si cela reste bien loin de l’édition indonésienne de 2011, où 44 disciplines étaient inscrites.

Le calendrier définitif sera entériné le 29 avril. Et les espoirs de voir des changements sont limités, puisque seules une ou deux disciplines pourraient être remplacées et/ou intégrées.

Lutte et haltérophilie ne sont plus

Pour l’heure, les 30 qui, sauf séisme, seront au programme des SEA Games 28 concernent les sports nautiques (natation, natation synchronisée, plongeon et water-polo), le tir à l’arc, l’athlétisme, le badminton, le basket-ball, le billard & snooker, le bowling, le canoë-kayak, le cyclisme, l’escrime, le football masculin, le golf, la gymnastique aux agrès, le hockey sur gazon, le judo, le handball, le pencak silat, le rugby à sept, la voile, le sepak takraw, le tir, le softball, le squash, le tennis de table, le taekwondo, le tennis, la course de pirogues, le triathlon, le ski nautique et le wushu.

Les six disciplines qui viennent d’être adoptées par le SEAGF sont la boxe, l’équitation, le floorball, la pétanque, le rowing et le volley-ball.

La boxe fait partie des six nouvelles disciplines inscrites aux SEA Games 28, prévus en juin 2015 à Singapour. Photo : Quang Nhut/VNA/CVN


Un programme accueilli avec une certaine frilosité par le monde du sport vietnamien, en raison surtout de l’absence de deux disciplines olympiques dans lesquelles le pays brille habituellement, du moins sur l’arène régionale : l’haltérophilie et la lutte. Cette dernière avait permis à la sélection nationale de décrocher dix médailles d’or aux SEA Games 27. Autres absents de marque : le karaté, le futsal et le football féminin, au grand dam des observateurs.

Un programme raisonnable

Pour l’heure, le Vietnam mène une vaste campagne de communication pour inscrire le Vovinam (art martial vietnamien, ndlr) dans le programme des compétitions de la prochaine édition. Quand à la lutte, plusieurs pays tentent de la réintroduire. Seront-ils entendus ? La réponse sera donnée fin avril par le SEAGF.

«Le pays organisateur, Singapour, a donné un programme de compétitions raisonnable. Trente-quatre des 36 disciplines sont représentées aux Jeux olympiques et aux Jeux asiatiques (ASIAD)», estime Hoàng Vinh Giang, vice-président permanent du Comité olympique du Vietnam. Et d’ajouter : «L’absence de la lutte dans le calendrier est, en quelque sorte, compensée par la réintroduction de la gymnastique artistique et de l’escrime, deux disciplines cibles du pays». La gymnastique artistique, absente au Myanmar en 2013, avait permis au Vietnam de remporter 11 médailles d’or lors des SEA Games 26.

Concernant la possibilité de voir le Vovinam «créer la surprise de dernière minute», Hoàng Vinh Giang se montre plutôt sceptique : «La possibilité de voir le Vovinam aux SEA Games 28 est limitée, car il est en concurrence directe avec le kempo (art martial japonais, ndlr), soutenu pour que le Brunei puisse avoir davantage de possibilités de remporter un titre (…). Le pays organisateur pense aussi à ses chances de médailles avant d’inclure telle ou telle discipline. C’est de bonne guerre, on va dire. La décision finale dépend du pays organisateur. Le sous-comité de la spécialité et des techniques se réunira le 28 avril, un jour avant que le SEAGF adopte le calendrier des compétitions, le 29 avril».

«Selon le plan de développement de l’éducation physique et des sports au Vietnam d’ici 2020, orientations 2030, approuvé par le gouvernement fin 2013, l’objectif du pays pour les SEA Games est de figurer dans le Top 3 du classement par nations lors des éditions 2015, 2017 et 2019. Entre 2020 et 2030, le Vietnam devra à chaque fois apparaître en première ou deuxième position de ce classement»,
souligne M. Giang. Mais derrière les enjeux sportifs, se cachent d’autres objectifs, avec en premier lieu le renforcement de l’amitié, de la solidarité et de la compréhension entre les pays d’Asie du Sud-Est.

Phuong Nga/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Indications géographiques: les aides de la France pour le Vietnam

La ville de Châu Dôc privilégie l’écotourisme L’écotourisme fait partie des stratégies de développement de la ville de Châu Dôc (province d'An Giang, delta du Mékong) aux côtés du tourisme spirituel et culturel. De nombreuses destinations sont proposées dans le but d’attirer des touristes de plus en plus désireux de profiter à 100% de la nature.