14/03/2020 16:09
Les autorités de Rio de Janeiro ont annoncé vendredi 13 mars la fermeture des écoles pour sept jours et celles des théâtres, salles de concerts et stades pendant deux semaines face à la progression de l'épidémie de coronavirus.

>>Le coronavirus arrive en Amérique latine, par le Brésil
>>Fermeture des écoles pendant "au minimum 15 jours" en France
>>Des pays d’Asie du Sud-Est s’activent dans la lutte contre le COVID-19

 

Marcelo Crivella, maire de Rio de Janeiro, le 20 mai 2019. 
Photo : AFP/VNA/CVN 


Selon le maire de Rio de Janeiro, Marcelo Crivella, les mesures entreront en vigueur lundi 16 mars.

Le gouverneur de l'
État de Rio, Wilson Witzel, a annoncé pour sa part dans une vidéo "la suspension pendant quinze jours des événements et activités, y compris ceux qui ont déjà été autorisés, impliquant des regroupements de personnes, tels que les événements sportifs, spectacles, foires, événements scientifiques, meetings politiques ou manifestations dans des lieux ouverts ou fermés".

Les visites aux parloirs des prisons sont également suspendues.

Dans l'
État de Rio, la fermeture des classes sera de quinze jours, contre sept jours dans la ville de Rio.

"Le virus se transmet très rapidement lorsqu'il y a des rassemblements. En évitant les rassemblements, nous éviterons une crise aiguë et nous aurons les conditions pour soigner les personnes infectées", a déclaré Wilson Witzel.

Selon le dernier bilan des autorités sanitaires, le Brésil, immense pays de 210 millions d'habitants, compte désormais 98 cas de Covid-19, mais aucun décès.

La majorité de ces cas sont concentrés dans les 
États de Sao Paulo (56) et Rio (16).

Le coronavirus a fait plus de 5.300 morts dans le monde. 


AFP/VNA/CVN 

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Centre de l’information et de la bibliothèque Luong Dinh Cua

Une Le district montagneux de Huong Hoa, province de Quang Tri, au Centre, s’attèle à un projet de taille : devenir une terre de floriculture et attirer les touristes. Créer une "mini Dà Lat" en somme, un surnom dont on l’affuble déjà !