27/01/2020 22:02
Le gouvernement a annoncé dimanche 26 janvier le rapatriement prochain des Français qui le souhaitent de la zone d'épidémie du coronavirus en Chine, alors que six cas suspects sont toujours à l'étude en France.
>>La Chine prolonge ses congés du Nouvel An pour mieux endiguer l'épidémie
>>Le nombre de décès bondit à 80, des étrangers en attente d'évacuation

De droite à gauche : Édouard Philippe, Christophe Castaner, Jérome Guerreau, Agnès Buzyn réunis à Matignon le 26 janvier. Photo : AFP/VNA/CVN

"Le Premier ministre (Édouard Philippe) a demandé d'organiser un rapatriement par voie aérienne directe vers la France avec l'accord des autorités chinoises" pour les Français présents dans la région de Wuhan, épicentre de l'épidémie et normalement soumise à une interdiction de circuler, a déclaré la ministre de la Santé Agnès Buzyn après une réunion à Matignon.

Ce rapatriement se fera "en milieu de semaine" et sera effectué sous la supervision d'une "équipe médicale dédiée". Les personnes rapatriées devront en outre "demeurer dans un lieu d'accueil pendant 14 jours", période d'incubation estimée, a précisé la ministre.

Elle a estimé que le nombre de personnes concernées pourrait "aller de quelques dizaines à quelques centaines" et précisé que les autorités consulaires sur place étaient "en train de recenser" les Français souhaitant rentrer, certains pouvant hésiter en raison de la période de quarantaine destinée à éviter "toute propagation du virus sur le territoire" national.

Alors que l'identification de trois cas de cette pneumonie virale sur des voyageurs récemment rentrés de Chine a fait craindre une possible propagation du virus en France, Mme Buzyn a précisé qu'aucun nouveau cas n'avait été confirmé mais que six cas suspects attendaient toujours les résultats de tests.

AFP/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Visite culturelle pour les diplomates à Hanoï

Le Vietnam compte faire du tourisme le fer de lance de son économie d’ici 2030 Le Vietnam se fixe pour objectif de faire du tourisme le fer de lance de son économie d’ici 2030, pour un développement durable, aidant le pays à figurer parmi les 30 premiers du monde en termes de compétitivité touristique, selon une stratégie de développement touristique d'ici 2030 récemment approuvée par le Premier ministre Nguyên Xuân Phuc.