04/04/2020 20:40
Après Ford, Toyota, TC Motor et Honda, c’est au tour de Nissan Vietnam de suspendre sa production et son assemblage de voitures en raison de l’épidémie de COVID-19.
>>COVID-19 : Honda Vietnam suspend sa production
>>COVID-19 : Toyota Vietnam suspend sa production

Nissan est le 5e constructeur automobile au Vietnam à suspendre ses activités en raison de l’épidémie de COVID-19.
Photo : CTV/CVN

Le constructeur automobile japonais fermera temporairement son usine à Dà Nang à partir du 5 avril, a fait savoir un représentant de Nissan Vietnam.

Les concessionnaires de Nissan à Hanoï et Dà Nang ont officiellement fermé leurs portes, certains au Sud maintiennent toujours un personnel de moins de 20 personnes par jour pour assister les clients en cas de besoin.

Les employés du bureau de Nissan Vietnam  travaillent en ligne du 1er avril au 15 avril 2020 pour maintenir les contacts avec les clients, partenaires commerciaux et fournisseurs.

La reprise de l’ensemble du système de production dans l’usine, de la salle d’exposition et du centre de service des concessionnaires de Nissan au Vietnam sera mise en œuvre dès réception d’une nouvelle annonce du gouvernement.

Ainsi, avec Ford arrêtant sa production depuis le 26 mars, Toyota, le 30 mars, TC MOTOR et Honda, le 1er avril, Nissan est le 5e constructeur automobile au Vietnam à suspendre ses opérations.

Auparavant, l’Association des constructeurs automobiles du Vietnam (VAMA) avait présenté un rapport sur l’impact du COVID-19 sur l’industrie automobile ainsi que des propositions au gouvernement et aux ministères de l’Industrie et du Commerce, des Finances, des Communications et des Transports.
 
CPV/VNA
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Vivre vert, nouveau mode de vie chez les jeunes Vietnamiens

Le tourisme vietnamien en bonne posture sur son marché national Depuis que la pandémie de COVID-19 a été maîtrisée au Vietnam, le secteur du tourisme, qui a été gravement touché par l’épidémie, a pris des mesures pour se relancer, dans un premier temps, sur le marché intérieur.