20/06/2021 07:51
Depuis fin avril, Bac Giang, une province septentrionale à environ 50 km de Hanoï, est devenue l’épicentre du COVID-19, du fait de la flambée de cas d’infections, notamment dans ses zones industrielles de Vân Trung et Quang Châu, à Viêt Yên, avec plus de 4.000 cas (selon les statistiques au 14 juin).
>>Malgré la pandémie, le litchi de Bac Giang pourra trouver preneur
>>Bac Giang se concentre sur la lutte antiépidémique et la reprise de la production industrielle

Prélèvement d’échantillons pour le test de dépistage du COVID-19 sur une habitante de la rue My Diên, à proximité des ZI de Quang Châu et Vân Trung.

Les habitants locaux ont vraiment vécu ces derniers jours de nombreuses émotions inoubliables, des inquiétudes, de la nervosité et même un peu de perplexité avec l’augmentation constante des cas F0, les sons des sirènes d’ambulance dans la nuit, l’image du personnel de santé épuisé...

Personne n’oubliera l’image de ces petits qui ont dû rester en quarantaine dans leur l’École maternelle Lê Loi, ville de Bac Giang, pendant deux semaines, car un camarade de classe de 5 ans avait été testé positif au coronavirus.

Mais Bac Giang n’est pas seule dans ce combat difficile. Le 15 mai, elle a accueilli un premier groupe de 200 docteurs et agents médicaux de Quang Ninh (Nord), venus en soutien. Ont débarqué ensuite des équipes médicales du ministère de la Santé, des provinces de Hai Duong, Thái Nguyên, Yên Bái (Nord) et de la ville de Dà Nang (Centre). Au total, plus de 2.200 agents médicaux y sont venus renforcer la lutte contre la pandémie.

De plus, la province a reçu des aides matérielles d’organisations et individus telles médicaments, aliments ainsi que fournitures de la vie quotidienne en faveur de ses zones mises en quarantaine…


Texte : My Anh/CVN
Photos : VNA - DT/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Les artistes conjuguent leurs efforts pour préserver le chant xâm