03/04/2020 11:13
La Commission européenne a proposé jeudi 2 avril de créer un instrument pour garantir jusqu'à hauteur de 100 milliards d'euros les plans nationaux de soutien à l'emploi mis en place en raison de l'épidémie de coronavirus.
>>Un million de personnes infectées par le coronavirus
>>Un salarié sur cinq en chômage partiel, arme anti-licenciements de l'exécutif

La présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen s'exprime lors d'une conférence de presse, le 2 avril à Bruxelles. Photo : AFP/VNA/CVN
L'instrument  pour garantir les plans nationaux de soutien à l'emploi permettra aux États membres d'obtenir des prêts de l'UE "à des conditions favorables" pour les aider "à couvrir les coûts directement liés à la création ou à l'extension des régimes nationaux de chômage partiel", explique l'exécutif européen dans un communiqué.

"Nous unissons nos forces à celles des États membres pour sauver des vies et protéger les moyens de subsistance. C'est la solidarité européenne", s'est félicité la présidente de la Commission, Ursula von der Leyen, lors d'une conférence de presse.

Pour financer les prêts aux États, la Commission emprunterait sur les marchés financiers, ce qui permettrait aux pays membres de bénéficier "des faibles coûts d'emprunt" de l'UE, selon le communiqué. Ces prêts, destinés aux pays dans les situations "les plus urgentes", seraient confortés par "un système de garanties volontaires des États membres". Un montant minimum de 25 milliards d'euros de garanties devra être mobilisé pour que l'instrument fonctionne à plein, souligne la Commission.

Cette proposition doit être présentée mardi 31 mars aux ministres des Finances de l'UE, qui se réunissent par visioconférence pour discuter des différents moyens de relancer l'activité en Europe une fois maîtrisée la pandémie de COVID-19. L'Italie et l'Espagne, les plus touchées par le virus, sont vent debout contre l'Allemagne et les Pays-Bas qui, jusqu'à présent, refusent leur aval à un instrument budgétaire de grande ampleur financé conjointement pour éviter une récession majeure en Europe. "Tous les États membres ont déjà mis en place des régimes nationaux de chômage partiel sous une forme ou une autre", relève la Commission.

En Allemagne, où le dispositif a été mis en place en 2009 pendant la crise financière, l'État prend en charge deux tiers du salaire des employés concernés. En France, l'État doit couvrir près de 84% du salaire net des personnes touchées, jusqu'à une rémunération brute de 4,5 Smic. Le dispositif concerne désormais quatre millions de salariés dans 400.000 entreprises.

AFP/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
L’originalité des villages de broderie du Vietnam

Quang Tri souhaite relancer le tourisme après la distanciation sociale Le tourisme maritime et insulaire de la province de Quang Tri commence doucement à se remettre sur pied à la suite de la longue période de distanciation sociale causée par la pandémie de COVID-19. Plusieurs sites touristiques rouvrent leurs portes afin d’accueillir les visiteurs.