30/06/2021 22:38
Nouvelles mesures, nouveaux bilans et faits marquants : le point sur les dernières évolutions de la pandémie de COVID-19 dans le monde.

>>Coronavirus : le point sur la pandémie dans le monde
>>Coronavirus : le point sur la pandémie dans le monde
 

Vue d'un site de tests du COVID-19 à l'extérieur du stade Mane Garrincha à Brasilia, le 29 juin.
Photo : AFP/VNA/CVN



Plus de trois milliards de doses de vaccins anti-COVID ont été administrées dans le monde, selon un comptage de l'AFP réalisé mardi 29 juin à 09h00 GMT à partir de sources officielles.

Vaccin : 3 milliards de piqûres 

Quelque 40% des doses administrées (1,2 milliard) l'ont été en Chine. L'Inde (329 millions) et les États-Unis (324 millions) complètent le podium.

Les pays à "revenu élevé" (au sens de la Banque mondiale) ont administré en moyenne 79 doses pour 100 habitants, contre une seule dose dans les pays à "faible revenu".

Russie : record de décès quotidiens 

La Russie, pays européen le plus endeuillé, a fait état mardi 29 juin de 652 morts dues au COVID-19 en 24 heures, son pire bilan quotidien depuis le début de la pandémie, provoqué par l'essor du très contagieux variant Delta. Plus de 20.000 nouvelles contaminations ont été également recensées.

Quelque 151.000 malades du coronavirus sont hospitalisés, selon le ministre de la Santé, une situation "tendue" alors que le pays dispose actuellement de 182.000 lits destinés au COVID-19.

De son côté, le Kremlin a admis que la Russie ne parviendra pas à vacciner 60% de sa population à l'automne, enterrant l'objectif que s'était fixé Vladimir Poutine au printemps.

République populaire démocratique de Corée : des hauts responsables limogés après un "grave incident" lié au COVID-19

Le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un a limogé plusieurs hauts responsables du pays en raison d'un "grave incident" lié à la lutte contre la pandémie de COVID-19, a annoncé mercredi 30 juin l'agence officielle KCNA.

 


Ces responsables ont "causé un grave incident qui provoque une énorme crise pour la sécurité de la nation et de son peuple", a déclaré M. Kim lors d'une réunion du Politburo, cité par KCNA qui n'a fourni aucun détail.

Australie : 10 millions de personnes confinées 

Environ 10 des 25 millions d'Australiens ont reçu pour consigne de se confiner dans plusieurs villes de l'immense île-continent, confrontée depuis quelques semaines à une flambée de cas, en particulier du variant Delta, en raison de failles dans les dispositifs de quarantaine pour les voyageurs en provenance de l'étranger.

Après les habitants de Sydney (Sud-Est), Darwin (Nord) et Perth (Ouest), ce sont ceux de Brisbane (est) et de plusieurs zones de l'
État du Queensland qui vont devoir rester chez eux à compter de mardi soir 29 juin, pour une durée initiale de trois jours.

La moitié des Français primo-vaccinés 

La moitié des Français ont reçu au moins une première dose de vaccin contre le COVID-19, annonce mardi 29 juin le ministère de la Santé, alors que la diffusion rapide du variant Delta menace d'enrayer la décrue du nombre de malades dans les hôpitaux.

Ce variant représente déjà "20% des nouveaux cas" de COVID-19, le double de la semaine précédente, mais "on peut y échapper" avec la vaccination et un traçage serré, a assuré mardi 29 juin le ministre de la Santé Olivier Véran.

L'OMS soutient les cinq pays qui n'ont pas commencé à vacciner 

L'OMS a déclaré qu'elle apportait son soutien aux cinq derniers pays qui n'ont pas encore lancé leur campagne de vaccination contre le COVID-19, alors que la planète a passé mardi 29 juin le cap des trois milliards de doses de vaccin administrées.

La vaccination n'a pas encore commencé au Burundi, en Erythrée, en Haïti, en République démocratique de Corée et en Tanzanie - les seuls pays parmi les 194 États membres de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) à ne pas avoir entamé de campagne.

 

Désinfection dans un lieu à Moscou pour lutter contre le COVID-19, le 24 juin.
Photo : Xinhua/VNA/CVN


Russes et portugais interdits de voyage en Allemagne 

L'Allemagne a fermé mardi 29 juin ses frontières aux voyageurs arrivant de Russie et du Portugal, à l'exception des citoyens allemands ou résidents permanents.

La décision de Berlin de placer le Portugal sur sa liste rouge n'est pas conforme à l'approche européenne, a déploré aussitôt la Commission de Bruxelles.

Certificat COVID européen : un risque de discrimination, selon l'Union africaine 

L'Union africaine (UA) et ses Centres de prévention et de lutte contre les maladies (CDC-Africa) ont averti que la non-prise en compte de la version indienne du vaccin d'AstraZeneca par le "certificat sanitaire européen" posait des risques de discrimination pour les personnes vaccinées en Afrique.

Le certificat, qui doit entrer en vigueur à partir de jeudi, est censé dispenser son titulaire d'un test supplémentaire ou d'une quarantaine à l'arrivée en Europe.

Près de quatre millions de morts 

La pandémie a fait au moins 3.932.561 morts dans le monde depuis fin décembre 2019, selon un bilan établi par l'AFP à partir de sources officielles mardi 29 juin à 10h00 GMT.

Les 
États-Unis sont le pays le plus touché avec 604.436 morts.

Le Brésil, qui compte 515.985 morts, est suivi par l'Inde (397.637), le Mexique (232.608) et le Pérou (192.163), pays déplorant le plus de morts par rapport à sa population.

En Europe, les contaminations sont reparties à la hausse après deux mois et demi de baisse, principalement du fait du variant Delta au Royaume-Uni et en Russie où il provoque de nouvelles flambées épidémiques.

Ces chiffres, qui reposent sur les bilans quotidiens des autorités nationales de santé, sont globalement sous-évalués. L'Organisation mondiale de la santé estime que le bilan de la pandémie pourrait être deux à trois fois plus élevé que celui officiellement calculé.


AFP/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Découvrez le monde des crayons de couleur à Hanoï

Quel visage aura le tourisme francophone au Vietnam après le COVID-19 ? L’activité touristique au Vietnam a été anéantie par la pandémie de COVID-19. Pour la deuxième année consécutive, les professionnels du tourisme francophones continuent à naviguer à vue en espérant un retour aux affaires après la crise.