08/07/2020 15:57
Nouveaux bilans, nouvelles mesures, faits marquants : un point sur les dernières évolutions de la pandémie de COVID-19 dans le monde.
>>Washington se retire officiellement de l'Organisation mondiale de la santé
>>Coronavirus : présentant des symptômes, Bolsonaro se soumet à un test
>>Le point sur la pandémie dans le monde

Un hôpital de campagne destiné aux malades du COVID-19 sur le champ de courses Mahalaxmi, à Mumbai (Inde), le 7 juillet. Photo : AFP/VNA/CVN

Les États-Unis quittent l'OMS

Les États-Unis ont confirmé mardi 7 juillet avoir officiellement notifié l'ONU du retrait américain de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), accusée par Washington d'avoir tardé à réagir face à la pandémie de coronavirus pour ménager Pékin. La notification sera effective au terme d'un délai d'un an, soit le 6 juillet 2021, ont précisé plusieurs responsables du gouvernement américain, plus gros contributeur de l'organisation.

60.000 nouvelles infections

La barre des 60.000 nouvelles infections au coronavirus recensées aux États-Unis en 24 heures a été franchie mardi, selon l'université Johns Hopkins, un niveau record qui porte à près de 3 millions le nombre total de cas détectés. Plus de 1.100 personnes sont décédées du COVID-19 sur le sol américain lors dès dernières 24 heures, 131.362 depuis le début de la crise.

Les États-Unis sont "enfoncés jusqu'aux genoux" dans la pandémie, a estimé le directeur de l'Institut américain des maladies infectieuses Anthony Fauci. Le président américain Donald Trump a répliqué mardi 7 juillet qu'il n'était "pas d'accord" avec cette analyse et affirmé que le pays est "en bonne position".

L'épidémie s'accélère

"L'épidémie s'accélère et nous n'avons pas atteint le pic de la pandémie", met en garde l'OMS. Quelque 400.000 nouveaux cas ont été recensés ce week-end. Certains pays ont fait des progrès importants dans la réduction du nombre de morts, "alors que dans d'autres pays, les décès sont toujours en augmentation", a relevé l'OMS.

Si la situation semble sous contrôle en Europe, continent le plus durement touché avec plus de 200.000 morts, l'inquiétude se renforce en Australie, aux États-Unis ou en Inde qui vient de franchir la barre des 20.000 morts. Plus de trois millions de cas de COVID-19 ont été recensés en Amérique latine et aux Caraïbes depuis le début de l'épidémie selon un bilan établi mardi 7 juillet par l'AFP.

Plus de 539.000 morts

La pandémie a fait au moins 539.620 morts dans le monde depuis fin décembre, selon un bilan établi par l'AFP à partir de sources officielles mardi 7 juillet à 19h00 GMT. Après les États-Unis (131.362 morts), les pays les plus touchés sont le Brésil (66.741 morts), le Royaume-Uni (44.391 morts), l'Italie (34.899 morts) et le Mexique (31.119 morts).

Prévisions actualisées de la Commission européenne pour l'évolution du PIB de la zone euro, de l'Allemagne, la France, l'Italie et l'Espagne.
Photo : AFP/VNA/CVN

Couvre-feu tendu en Serbie

La police a tiré mardi 7 juillet des gaz lacrymogènes à Belgrade pour disperser des milliers de manifestants furieux à l'annonce par les autorités d'un nouveau couvre-feu destiné à lutter contre une résurgence du coronavirus.

Australie : Melbourne reconfinée

À Melbourne, deuxième ville d'Australie, plus de cinq millions de personnes sont confinées pour au moins six semaines, après une flambée des cas de nouveau coronavirus. L'État de Victoria est isolé du reste du pays.

UE : récession pire qu'attendue

Dans la zone euro, l'impact économique sera plus important que prévu, avec une chute du PIB de 8,7% en 2020, prévoit la Commission européenne. La contraction devrait dépasser 10% en Italie, Espagne et France.

Extrême pauvreté : 50 millions d'Africains menacés

Près de 50 millions d'Africains pourraient basculer dans l'extrême pauvreté en raison des conséquences économiques de l'épidémie, selon la Banque africaine de développement (BAD). Entre 24,6 et 30 millions d'emplois seront perdus cette année. Le Nigeria, Etat très dépendant du secteur pétrolier, et la République démocratique du Congo (RDC) pourraient être les pays les plus affectés du continent.

Le président brésilien positif

Le président brésilien Jair Bolsonaro a été testé positif au coronavirus qu'il a longtemps qualifié de "petite grippe". "Les médecins m'ont donné de l'hydroxychloroquine et de l'azithromycine (un antibiotique) et après je me suis senti mieux. Je vais parfaitement bien", a-t-il assuré.

Pas de nouveau cas à Pékin

Pékin annonce zéro nouveau malade sur les 24 dernières heures dans la capitale chinoise, une première depuis un rebond le mois dernier. Mardi 7 juillet, 11 millions de lycéens chinois ont entamé les épreuves du bac avec un mois de retard.

AFP/VNA/CVN


 
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Les maquereaux séchés, la fierté de Dô Son

Promouvoir les points forts du tourisme à Hanoï La capitale continue de créer des produits touristiques attractifs, tout en améliorant la qualité de ses services afin d’anticiper ''la période dorée'' pour attirer les touristes, surtout à la fin de l'année.