24/05/2020 15:12
L'Irlande a puisé dans sa tradition poétique pour affronter la crise provoquée par le nouveau coronavirus, y trouvant des mots d'espoir pour se consoler des deuils et des duretés du confinement.
>>En Irlande, du "gin très très fort" pour se désinfecter les mains
>>Promouvoir la coopération entre Hanoï et des localités irlandaises

Le poète Michael D. Higgins est président de l'Irlande depuis 2011.
Photo : CTV/CVN

"La poésie imprègne toute la société irlandaise et nous nous tournons vers elle dans ce genre de périodes", explique la poétesse Catherine Ann Cullen.

Mantras

Pendant les premières semaines du confinement, les paroles du poète Seamus Heaney, prix Nobel de littérature, promettant une récompense après l'effort, ont trouvé un nouvel écho.

"Si on s'en débarrasse cet hiver, on passera l'été où on veut" (If we winter this one out, we can summer anywhere) : le message a fait florès sur des banderoles faites maison, déployées sur les murs de Dublin, et s'est démultiplié sur les réseaux sociaux.

Les vers de Heaney, en 1972, se référaient aux Troubles en Irlande du Nord entre l'armée britannique, les partisans et les adversaires de la domination britannique sur la province, qui ont fait plus de 3.500 morts.

"C'est comme une courte méditation, un petit mantra", explique Catherine Ann Cullen. "Ils nous redonnent de l'espoir", dit-elle.

Un mois après le début du confinement, la poétesse Eavan Boland est morte. Son décès a remis en lumière son œuvre, qui rappelle l'histoire difficile du pays tout en offrant de l'espoir pour le présent.

Son poème Ce Moment (This Moment), écrit en 1994, a circulé sur les réseaux sociaux, apportant un peu de réconfort à ceux qui se sentaient isolés, avec sa description d'un quartier au crépuscule où "des choses se préparent".

Solitude

En avril, Poetry Ireland a fait équipe avec une association caritative, Alone, qui aide les personnes âgées isolées, dont bon nombre se sont calfeutrées pour éviter le virus. Les anciens étaient invités à demander à des écrivains de leur réciter des poésies au téléphone. Un vrai succès, selon les témoignages des proches.

"Ma tante s'est mise sur son trente et un et maquillée pour l'occasion, et elle était absolument ravie", a expliqué un neveu à l'organisation.

Politique poétique

La poésie se glisse aussi dans les discours politiques ou encore les messages de santé publique, pour leur ajouter du poids.

Poésie et politique font bon ménage depuis longtemps en Irlande. Le soulèvement de 1916 contre la domination anglaise est parfois appelé "La révolution des poètes" en raison du grand nombre d'artistes impliqués.

Le Premier ministre, Leo Varadkar, a lui-même évolué dans son style, habituellement sobre, pour mêler à ses discours des tournures poétiques, empruntant largement des vers de Seamus Heaney.

"Ces mots ont inspiré de nombreux Irlandais en ces moments de crise", a-t-il dit dans un discours à la nation en avril. "Ils nous rappellent que nous sommes tous dans la même situation, que nous pouvons la surmonter et que des jours meilleurs viendront".

Jusqu'au président du pays, Michael D. Higgins, lui aussi un poète, dont les mots sont utilisés dans des publicités du service de santé irlandais implorant la population de "tenir bon".

AFP/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
L’originalité de la course de chevaux de Bac Hà à Lào Cai